Accueil Les racines élémentaires

Les racines élémentaires de Boris Cyrulnik: «J’ai survécu en ne me soumettant pas»

Boris Cyrulnik a échappé de très peu à la mort, dans sa petite enfance. Les événements de la guerre ont conditionné l’homme qu’il est devenu. Le psychiatre et écrivain revient sur l’histoire de sa vie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 15 min

C’est une histoire incroyable. Tragique. Déchirante. Et pourtant belle. Sinon magique. C’est l’histoire de sa vie, tout simplement. Rescapé de la guerre, alors qu’il était petit enfant juif, Boris Cyrulnik s’est retrouvé orphelin à six ans et a dû sa survie à une évasion miraculeuse.

75 ans ont passé, depuis ces événements fondateurs, que Boris Cyrulnik a accepté de nous raconter, en nous accueillant dans sa maison de Tamaris, proche de Toulon.

Je ne serais pas devenu ce que je suis si…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Vynckier Albert, dimanche 27 octobre 2019, 11:03

    les juifs sont des gens ordinaires à qui il arrive des aventures extraordinaires (et ces aventures extraordinaires les rendent un peu moins ordinaires chaque jour) est-ce une bonne définition?

  • Posté par Petitjean Marie-rose, dimanche 27 octobre 2019, 9:26

    La lecture des ouvrages de M. Cyrulnik est une des choses qui m'ont aidée à (sur)vivre. Je relie sa phrase à l'action des jeunes pour le climat, à celle des courageux membres d'Extinction Rébellion, insoumis pour défendre la survie de l'humanité.

Aussi en Les racines élémentaires

Grand format Les Racines élémentaires de David Hockney: «J’ai toujours su que je devais quitter Bradford»

David Hockney nous ouvre les portes de son légendaire refuge normand, où il s’est réinventé durant la pandémie. Le grand maître britannique nous raconte ses jeunes années, sa passion pour les arts, son envol vers New York et Los Angeles, son retour vers le Yorkshire natal… A près de 85 ans, Hockney fume, peint, s’amuse. Et savoure le temps qui reste, « ici et maintenant »

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs