Quelque 350.000 indépendantistes catalans manifestent à Barcelone

Des centaines de milliers de militants indépendantistes catalans sont descendus samedi dans le centre de Barcelone dans une nouvelle démonstration de masse après les violences qui avaient suivi la condamnation de dirigeants séparatistes pour avoir tenté de faire sécession de l’Espagne.

Quelque 350.000 personnes, selon la police municipale, ont répondu à l’appel des deux grandes associations Assemblée nationale catalane et Omnium cultural, pour défiler près du parlement régional. Brandissant des drapeaux indépendantistes, ils criaient «liberté pour les prisonniers politiques» ou «dehors les forces d’occupation» lorsqu’ils apercevaient des policiers.

En début de soirée, quelques milliers de manifestants, répondant à l’appel des Comités de défense de la république (CRD), plus radicaux, étaient rassemblés près du quartier général de la police et faisaient face à un cordon de policiers anti-émeutes, criant «indépendance» et «dehors de drapeau espagnol».

C’est la première grande manifestation à Barcelone depuis les troubles qui ont fait au total quelque 600 blessés en Catalogne dans les jours qui ont suivi la condamnation par la Cour suprême de neuf leaders séparatistes à des peines de jusqu’à 13 ans de prison.

Une contre-manifestation dimanche

Dimanche la rue sera aux anti-indépendantistes. Ils veulent «dire ‘ça suffit’ à la violence que nous avons vécue et à la confrontation» cherchée par le gouvernement régional séparatiste, a déclaré à l’AFP le président de l’association Societat civil catalana, Fernando Sánchez Costa.

Son organisation a déjà organisé deux grandes marches de la «majorité silencieuse» opposée à l’indépendance, après la tentative de sécession de 2017. «C’est un message important pour la Catalogne, l’Espagne et le monde, où l’on confond souvent indépendantisme et Catalogne», alors que «nous sommes la majorité», a-t-il souligné.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous