Brexit: deux partis d’opposition sont ouverts à des élections, à la condition d’un report

Le Parti national écossais (SNP) et le Parti libéral-démocrate, qui comptent à eux deux 54 députés dans les 650 sièges de la Chambre des communes, ont déclaré qu’un retard de trois mois du Brexit, repoussant la date de sortie à fin janvier, pourrait les amener à formuler mardi des propositions permettant la mise en place d’élections anticipées.

« Si cette prolongation significative est obtenue, nous travaillerons ensemble pour déclencher des élections cette année », a déclaré le chef de file du SNP, Ian Blackford.

Le nationaliste écossais et la dirigeante du Parti libéral-démocrate Jo Swinson ont exposé leur proposition dans une lettre commune adressée au président du Conseil européen, Donald Tusk.

A cinq jours de la date butoir actuelle, les dirigeants de l’UE doivent décider lundi, ou au plus tard mardi matin, de la durée de ce qui serait le troisième report du Brexit.

La plupart des pays semblent ouverts à une prolongation de trois mois, au 31 janvier 2020, délai que Boris Johnson a été contraint de demander tout en s’y disant hostile, selon des sources européennes.

Encore quelques embûches

Un vote est également attendu lundi au Parlement britannique sur la tenue d’élections législatives anticipées le 12 décembre, proposées jeudi dernier par le Premier ministre pour sortir de l’impasse.

Sans majorité parlementaire pour accomplir sa promesse d’un Brexit le 31 octobre, il a besoin pour cela d’une majorité des deux tiers des députés et donc du soutien d’une partie de l’opposition.

Les indépendantistes écossais du SNP et le parti pro-européen Lib-Dem, troisième formation de l’opposition – qui s’opposent tous deux fermement au Brexit – souhaitent pour leur part des élections le 9 décembre prochain.

De leur côté, les unionistes du petit parti nord-irlandais DUP, qui disposent de 10 députés à la Chambre des communes – ont réaffirmé samedi lors de leur congrès à Belfast leur détermination à mettre en échec l’accord de Brexit négocié par Johnson.

Samedi soir, Johnson a accusé les députés de tenir la Grande-Bretagne « en otage », en refusant de soutenir la tenue d’élections ou l’accord de Brexit.

« Des millions d’entreprises et de personnes ne peuvent pas planifier leur avenir, cette paralysie est en train de causer de réels dommages et le pays doit passer à autre chose en 2020 », a encore déclaré le Premier ministre britannique dans un communiqué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une touche d’humour dans la fin de campagne de Boris Johnson
: une vidéo parodiant le film «
Love actually
» et promettant, en pancartes «
détournées
», l’aboutissement du processus du Brexit.

    Les élections législatives au Royaume-Uni, un air de deuxième référendum Brexit

  2. Même s’ils ne le disent pas ouvertement, les deux informateurs privilégient l’arc-en-ciel élargi.

    Coalition fédérale: l’arc-en-ciel élargi au CD&V est en pole position

  3. CLIMATE CONFERENCE COP25 MADRID WEDNESDAY

    COP25: les Belges proches d’un accord sur un plan climat insuffisant

La chronique
  • Requiem pour M.

    Une femme blonde habillée de noir avec un collier de perles, embrasse le visage d’une jeune femme aux cheveux très courts, façon punk, allongée dans son cercueil. L’image est incroyable. Insoutenable pour certains, troublante pour d’autres. Très belle en fait, et forte, si forte. Cette photo, parue avec bien d’autres dans le New York Times en fin de semaine dernière est celle de Marieke Vervoort, athlète paralympique belge et multimédaillée. C’est Marieke qui est dans ce cercueil de bois, et c’est sa maman Odette qui l’embrasse, alors qu’elle vient juste de mourir. A sa demande. Par euthanasie.

    Cette photo d’une intimité absolue, les parents de Marieke l’ont découverte en même temps que les lecteurs du New York Times sur le site du journal, le jour de la publication d’un très long article qui raconte la mort désirée de l’athlète paraplégique, mais aussi des mois qui ont précédé cette fin de vie vécue comme une libération. Le dimanche, le journal américain a publié le récit complet dans un...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite