A partir du 1er novembre, les prescriptions de médicaments seront valables trois mois

A partir du 1er novembre, les prescriptions de médicaments seront valables trois mois
Mathieu Golinvaux

À compter du 1er novembre, une ordonnance médicale aura une validité de trois mois, sauf si le prescripteur en décide autrement, indique le cabinet de la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block. Jusqu’ici, un pharmacien pouvait délivrer au patient un médicament prescrit sans limite dans le temps. L’assurance soins de santé rembourse, elle, ce médicament jusqu’à la fin du 3e mois qui suit la date de prescription.

De cette manière, le délai dans lequel le pharmacien peut remettre un médicament au patient et le délai pendant lequel ce médicament est remboursable sont harmonisés. Par défaut, la période de validité d’une ordonnance sera de trois mois.

Cette nouvelle réglementation s’applique aussi bien aux prescriptions électroniques qu’aux prescriptions sous format papier.

Toutefois, le prescripteur pourra toujours spécifier une durée de validité plus courte ou plus longue que les trois mois prévus « par défaut » s’il l’estime nécessaire en raison de la santé d’un patient. Cela, à condition que la durée de validité déterminée par le prescripteur ne dépasse pas un an.

Une période transitoire de trois mois est prévue, soit jusqu’au 31 janvier 2020, pendant laquelle les « anciennes » prescriptions resteront valables.

La mesure a été prise pour anticiper l’entrée en vigueur, prévue au 1er janvier 2020, de l’obligation pour les médecins d’utiliser la prescription électronique (e-prescription) pour les patients ambulatoires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

  2. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  3. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite