Rallye d’Espagne: Thierry Neuville toujours bien installé en tête

Rallye d’Espagne: Thierry Neuville toujours bien installé en tête
Photo News

Les deux premières spéciales de cette dernière journée ont permis à Thierry Neuville de conforter sa 1ère place au classement général du rallye d’Espagne. Sur la deuxième Hyundai, Dani Sordo signe aussi des chronos très impressionnants qui lui ont permis de faire passer son avantage sur Ott Tanak de 3,1 à 4,5 secondes. Tout le contraire de Sébastien Loeb qui, sans avoir d’explication à donner, a continué à concéder du terrain à l’Estonien, de plus en plus proche du titre de champion du monde. La 4e place de Loeb est même désormais menacée par Jari-Matti Latvala, c’est dire…

Thierry Neuville : « On ne prend pas de risques »

Avec une vingtaine de secondes d’avance sur Sordo et Tanak, Thierry Neuville roule à un rythme soutenu, mais sans prendre de risques. « C’est inutile d’en prendre », expliquait-il après avoir tout le même signé le « scratch » dans la 1ère spéciale, puis le 6e chrono dans la deuxième. « Il y avait pas mal de poussière dans celle-ci. Je n’ai pas pris de risques. J’ai en plus rencontré de nouveaux problèmes de freins. J’espère qu’on va pouvoir résoudre cela au parc de service. Si je retrouve des freins, je serai en mesure d’attaquer dans la power stage. »

Latvala à 10 secondes de Loeb !

Après les deux premières spéciales de cette dernière journée, Thierry Neuville dominait toujours les débats devant Sordo (Hyundai, à 17,5 secondes), Tanak (Toyota, à 22,0), Loeb (Hyundai, à 41,7) Latvala (Toyota, à 51,8), Evans (Ford, à 1.13,1), Suninen (Ford, à 1.28,2) et Ogier (Citroën, à 4.15,6).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Le Williams et Kubica n’ont jamais répondu à l’attente...

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Formule 1

    Formule 1: Robert Kubica, une histoire bien triste

  • @AFP

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Hamilton achève 2019 en beauté, les yeux déjà rivés sur 2020

  • PHOTONEWS_10814938-127

    Par Sébastien Close

    Formule 1

    Max Verstappen: «C’est devenu un peu ennuyant de voir Lewis Hamilton gagner»

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite