Manifestations en Irak: le bilan monte à 220 morts

Manifestations en Irak: le bilan monte à 220 morts
Reuters

Bagdad et le Sud chiite sont depuis jeudi en proie à un second épisode d’une contestation antigouvernementale inédite parce que spontanée.

Dimanche matin, la place Tahrir de Bagdad, épicentre de la contestation, avait des allures de campement organisé pour durer.

« On veut la chute du régime ! Qu’on les arrache tous par la racine ! », lance un manifestant à l’AFP, non loin de tentes et de stands de distribution de nourriture ou de protection de fortune contre les grenades lacrymogènes régulièrement tirées par les forces de sécurité.

Depuis jeudi soir, les dispersions et des attaques nocturnes contre des QG de partis et de groupes armés ont fait 63 morts.

Ce décompte s’ajoute aux 157 personnes tuées du 1er au 6 octobre, quasiment toutes des manifestants abattus par balles, selon un bilan officiel.

Lors de ce premier épisode de contestation, l’Irak a été plongé dans le noir : Internet a été totalement coupé par les autorités et des tireurs postés sur des toits ont semé la terreur dans la capitale et le Sud gagné par la fronde.

Calme la journée, chaos la nuit

Les manifestants ont repris jeudi soir le chemin de l’emblématique place Tahrir de Bagdad et de nombreuses autres places du Sud. Si les slogans restent les mêmes, le climat est différent.

Aucun tir à balles réelles provenant des forces de sécurité n’a été rapporté, tandis que les manifestants assurent mener un mouvement « pacifique » renforcé par l’entrée en scène dimanche des écoles et des universités.

La nuit, les violences prennent un tour nouveau dans des villes du Sud tribal. Des dizaines de sièges de partis, de bureaux de députés et surtout des QG des factions armées du puissant Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires dominée par les milices chiites pro-Iran et alliée du gouvernement, ont été incendiés et saccagés.

Des protestataires ont été tués par balles ou asphyxiés dans ces feux pour lesquelles des chefs de milice ont promis de « venger », tandis que l’ONU dénonce « des entités armées qui cherchent à compromettre la stabilité de l’Irak » et « sabotent les manifestations pacifiques ».

Sur le même sujet
PolitiqueIrakNations Unies
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite