Thierry Neuville remporte le rallye d’Espagne, Ott Tanak champion du monde

Thierry Neuville remporte le rallye d’Espagne, Ott Tanak champion du monde
Photo News

Le sort en est jeté : Thierry Neuville a remporté le rallye d’Espagne. Mais en s’imposant dans la « power stage » devant Evans et Neuville, et en passant in extremis Dani Sordo au classement général (pour 4 dixièmes de seconde !), Ott Tanak (finalement 2e donc) s’est ménagé une avance suffisante pour ceindre la couronne de champion du monde, dès avant la dernière épreuve qui se déroulera dans trois semaines en Australie.

Tanak : « Un sentiment incroyable »

« C’est un sentiment incroyable  ! », s’est exclamé Ott Tanak, après être tombé dans les bras de son épouse Janika, visiblement plus émue que lui ! « Cela n’a pas été facile : la tension a été très grande pendant toute l’épreuve. Devenir champion du monde est l’objectif de ma vie depuis un moment ! Vous pouvez imaginer l’émotion qui est la mienne. Merci au team qui a fait un très bon travail. J’étais très déterminé à assurer mon titre dès ce week-end, et je suis soulagé d’y être arrivé. »

Neuville : « On a fait ce qu’on a pu »

De son côté, Thierry Neuville concluait ce rallye en disant : « On a fait ce qu’on a pu. Place maintenant à la quête du titre des constructeurs, dans trois semaines en Australie. » Le constructeur coréen se présentera aux antipodes avec un avantage de 20 points sur Toyota.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite