Accueil Belgique Politique

Sophie Wilmès, une Première ministre par vents contraires

La libérale arrive au Seize dans une situation compliquée : le niveau fédéral est déserté, la formation du gouvernement fédéral patine et le Parlement est en proie à l’instabilité.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Politique Temps de lecture: 5 min

C’est une Première : c’est Sophie Wilmès qui dirigera le gouvernement fédéral au moins jusqu’à la formation de l’équipe qui doit lui succéder, et qui émergera des négociations en cours. Les messages de félicitations ont fusé ce week-end, les responsables politiques de tous bords soulignant souvent le fait que le pays serait pour la première fois dirigé par une femme.

Pour autant, ce poste a tout du cadeau empoisonné, ce qui contribue à expliquer, pour certains la victoire symbolique de voir une femme y accéder.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Surmont Willy, lundi 28 octobre 2019, 8:29

    Une très agréable surprise à propos de Sophie Wilmes qui mérite d'être soulignée dans son interview ce matin à la "Première" : Elle a prononcé le mot "notre" monarchie au lieu de "ce" ou "cette" quand il s'agit de parler de notre Pays! C'est très révélateur car au moins elle a le respect de notre Pays! La plupart de "nos" hommes politiques disent "ce" pays, "cette" monarchie! Utiliser le terme "ce" est tellement péjoratif alors qu'il s'agit de notre nation à tous! Un peu comme si je disais "cette" femme en parlant de la mienne!

  • Posté par NAVARRE guy, lundi 28 octobre 2019, 8:17

    A présent que Sophie se coltine les malheurs de notre Belgique fédérale, Charles Michel, président du Conseil européen, deviendra-t-il le nouveau Carolus Magnus?

  • Posté par Debrabander Jean, lundi 28 octobre 2019, 7:44

    "Ainsi, on a vu une majorité se dessiner pour étendre le droit à l’avortement, et, plus rocambolesque, une tout autre voir le jour pour décider d’augmenter les embauches d’infirmières." Rocambolesque ? Tout simplement les chiffres sont là et prouvent une réalité qu'on ne veut pas voir : le Parlement issu des élections est majoritairement de gauche : 80 sièges sur 150.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs