Un chef-d’œuvre de l’artiste italien Cimabue, retrouvé par hasard, devient le tableau primitif le plus cher vendu au monde

Un chef-d’œuvre de l’artiste italien Cimabue, retrouvé par hasard, devient le tableau primitif le plus cher vendu au monde
Reuters

Un chef-d’œuvre très rare du peintre italien Cimabue (1272-1302), « Le Christ moqué », est devenu dimanche le tableau primitif le plus cher adjugé en vente publique dans le monde, pour plus de 24 millions d’euros, frais compris, lors d’une vente aux enchères historique à Senlis, dans l’Oise. La somme s’est élevée à 19,5 millions sous le marteau, sans les frais. L’œuvre avait été estimée entre 4 et 6 millions d’euros.

C’est la première fois depuis des dizaines d’années qu’un tableau de Cimabue était sous le marteau. « Ce tableau devient le tableau primitif (pré-1500) le plus cher au monde (…) et aussi le 8e tableau ancien le plus cher au monde derrière le Salvator Mundi de Léonard de Vinci (2017), Le massacre des Innocents de Rubens (2002), Loth et ses filles de Rubens (2016), le portrait de Cosme de Médicis de Pontormo (1989), le Portrait de Femme de Rembrandt (2000), le portrait de Laurent de Medicis de Raphaël (2007) et le grand Canal de Canaletto (2005) », a précisé dans un communiqué Actéon, qui avait d’abord dit qu’il s’agissait du 7e.

Reuters

Une vieille dame, au domicile de laquelle l’oeuvre était conservée, l’avait signalée à l’hôtel des ventes Actéon de Compiègne, sans pouvoir dire d’où elle provenait. Le petit tableau, qui montre le Christ entouré d’une foule d’hommes à l’expression hargneuse et grimaçante, était accroché entre son salon et sa cuisine, au-dessus d’une plaque chauffante.

« Les traces de l’ancien encadrement, les petits pointillés ronds exécutés de la même façon au poinçon, le style, l’ornementation du fond d’or, la correspondance des dos des panneaux et l’état respectif des trois panneaux confirment que ces panneaux constituaient le volet gauche du même diptyque », avait expliqué la maison de ventes, après l’avoir fait analyser par le cabinet Turquin, expert pour les œuvres d’art ancien à Paris.

La réflectographie à l’infrarouge a révélé un dessin sous-jacent et un état de conservation excellent, malgré quelques minimes retouches. La couche picturale est dans un excellent état bien que très encrassée au fil des siècles.

Cenni di Pepo, dit Cimabue, (1272-1302) est l’une des plus grandes figures de la pré-Renaissance. Peintre florentin, il a assuré le renouvellement de la peinture byzantine en rompant avec son formalisme et ses images codifiées par le dogme.

Sur le même sujet
PeintureSenlis (Oise)
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Les «informachins», Georges-Louis Bouchez et le prince Harry: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Ekaterini Sakellaropoulou

    Saluons ici comme il se doit la désignation par les députés du cru de la présidente de la Grèce. Une première dans un pays aux traditions très machistes, ont noté les observateurs de nombreux pays, dans le genre donneurs de leçons. On attend toujours la première présidente française ou américaine et chez nous, parlons-en : Sophie Wilmès se trouve bien dépourvue avec les affaires courantes.

    Christie Morreale

    Comme Ekaterini Sakellaropoulou, la socialiste wallonne fait avancer la cause des femmes. Voilà qu’on apprend en effet qu’elle a refusé une médaille de chevalier de l’Ordre de Léopold parce que la loi ne prévoit pas de distinguer une « chevalière », et que cela heurte ses convictions féministes. Pas mieux pour officier et officière ou...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite