Un chef-d’œuvre de l’artiste italien Cimabue, retrouvé par hasard, devient le tableau primitif le plus cher vendu au monde

Un chef-d’œuvre de l’artiste italien Cimabue, retrouvé par hasard, devient le tableau primitif le plus cher vendu au monde
Reuters

Un chef-d’œuvre très rare du peintre italien Cimabue (1272-1302), « Le Christ moqué », est devenu dimanche le tableau primitif le plus cher adjugé en vente publique dans le monde, pour plus de 24 millions d’euros, frais compris, lors d’une vente aux enchères historique à Senlis, dans l’Oise. La somme s’est élevée à 19,5 millions sous le marteau, sans les frais. L’œuvre avait été estimée entre 4 et 6 millions d’euros.

C’est la première fois depuis des dizaines d’années qu’un tableau de Cimabue était sous le marteau. « Ce tableau devient le tableau primitif (pré-1500) le plus cher au monde (…) et aussi le 8e tableau ancien le plus cher au monde derrière le Salvator Mundi de Léonard de Vinci (2017), Le massacre des Innocents de Rubens (2002), Loth et ses filles de Rubens (2016), le portrait de Cosme de Médicis de Pontormo (1989), le Portrait de Femme de Rembrandt (2000), le portrait de Laurent de Medicis de Raphaël (2007) et le grand Canal de Canaletto (2005) », a précisé dans un communiqué Actéon, qui avait d’abord dit qu’il s’agissait du 7e.

Reuters

Une vieille dame, au domicile de laquelle l’oeuvre était conservée, l’avait signalée à l’hôtel des ventes Actéon de Compiègne, sans pouvoir dire d’où elle provenait. Le petit tableau, qui montre le Christ entouré d’une foule d’hommes à l’expression hargneuse et grimaçante, était accroché entre son salon et sa cuisine, au-dessus d’une plaque chauffante.

« Les traces de l’ancien encadrement, les petits pointillés ronds exécutés de la même façon au poinçon, le style, l’ornementation du fond d’or, la correspondance des dos des panneaux et l’état respectif des trois panneaux confirment que ces panneaux constituaient le volet gauche du même diptyque », avait expliqué la maison de ventes, après l’avoir fait analyser par le cabinet Turquin, expert pour les œuvres d’art ancien à Paris.

La réflectographie à l’infrarouge a révélé un dessin sous-jacent et un état de conservation excellent, malgré quelques minimes retouches. La couche picturale est dans un excellent état bien que très encrassée au fil des siècles.

Cenni di Pepo, dit Cimabue, (1272-1302) est l’une des plus grandes figures de la pré-Renaissance. Peintre florentin, il a assuré le renouvellement de la peinture byzantine en rompant avec son formalisme et ses images codifiées par le dogme.

Sur le même sujet
PeintureSenlis (Oise)
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  3. BRITAIN ELECTIONS DEBATE

    Johnson-Corbyn : un dialogue de sourds

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite