Accueil Belgique Politique

Sophie Wilmès, Première ministre: «Un événement historique», pour la presse belge

La Première ministre belge a fait les unes de la presse belge ce matin. Les médias se sont surtout réjouis qu’une femme arrivait « enfin » à cette position chez nous.

Temps de lecture: 2 min

La plupart des quotidiens belges ont affiché leur réjouissance : une femme à la tête de la Belgique, ça n’arrive pas tous les jours. C’est même une première chez nous !

une

« Qu’une femme devienne Première ministre est un signe très fort pour la société belge. C’est aussi un fabuleux encouragement à briser ce fameux et inacceptable plafond de verre », écrit Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef du Soir, tout en relativisant la bonne nouvelle. « Mais ! Car il y a un « mais ». Ceux (pas celles) qui font passer cette nomination pour un grand pas en avant pour les femmes de ce pays, font preuve d’une grande hypocrisie. (...) Sophie Wilmès est une Première ministre qui cache le vide. Première ministre par intérim d’un gouvernement ultra-minoritaire en affaires courantes, qui a perdu 11 des 18 ministres et secrétaires d’Etat du départ : c’est tout sauf un job job job », ajoute-t-elle.

► Edito | Sophie Wilmès, la Première qui cache le vide

la libre

Echo similaire du côté de La Libre, qui note « En affaires courantes, avec un gouvernement minoritaire et des pontes du MR partis à l’Europe, cette désignation de Première ad interim n’a pas le même panache que si elle avait eu lieu sous un gouvernement de plein exercice ». Et de conclure : « A l’avenir, la question sera de savoir si Sophie Wilmès n’aura été qu’une exception qui confirme la règle. Ou si d’autres femmes lui emboîteront le pas ».

Sudpresse temporise : « Mais même si le gouvernement de Sophie Wilmès n’a pas de majorité parlementaire, on ne peut accepter de parler de Première ministre au rabais. Ce serait faire injure à la femme et à la fonction » et souligne que, par cette nomination, « le fédéral fait entrer la Belgique dans la modernité ». « Elle y entrera définitivement quand on ne relèvera même plus qu’une femme occupe un poste comme celui de Madame Wilmès ou de ministre-présidente. »

l'avenir

Le mot « enfin » est aussi sur toutes les pages, comme un soulagement.

En Flandre, l’arrivée de Sophie Wilmès au 16 ne fait pas autant de bruit. Seul Het Belang van Limburg en fait sa une.

limburg

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Passtoors Hélène, lundi 28 octobre 2019, 14:01

    Bon, elle doit accepter être bouche-trou, mais c'est un début. Je me réjouis en particulier que Mme Wilmès est mère de famille nombreuse. Trop souvent, quand on accepte une femme dans une position importante, elle doit être célibataire ou sans enfants. Mais pour une femme, la situation la plus courante, 'normale' je dirais presque, c'est d'être mère et, si elle aime la vie de grande famille, d'avoir plusieurs enfants. Or, les femmes sont encore trop souvent forcées de 'choisir' entre une famille ou sa carrière. Donc félicitations, Mme Wilmès, vous cassez d'emblée plusieurs préjugés tenaces à la fois!

  • Posté par Tanghe Michel, lundi 28 octobre 2019, 13:37

    Je me réjouis qu'une femme devienne premier ministre. Le fait qu'elle soit licenciée en communication et en gestion financière ne me déplait pas, cela nous change des avocats. Ces gens qui parlent, parlent, parlent... qui défendent l'indéfendable et nous expliquent pourquoi...

  • Posté par Surmont Willy, lundi 28 octobre 2019, 11:40

    Enfin une femme qui a le mérite de dire NOTRE pays plutôt que CE pays en parlant de notre État! Prenez en de la graine, messieurs les politiciens!

  • Posté par Nica Petre, lundi 28 octobre 2019, 10:38

    C'est tout aussi n'importe quoi que Charles Michel PM de pacotille à la solde des flamands. Soyons clairs je ne mets pas en doute les competences des deux mais comme vanant du MR je suis sûr qu'il ne prendront pas des décisions sociales mais dans ce cas-ci personne de côté wallon et peut être même du côté flamand ne voulait de la place de PM comme du valet puant. Il ont mis la Mrme Wilmès avec l'idée qu'elle fera moins de dégâts qu'au budget même si avec Clarinval la situation du budget ne risque pas de s'améliorer. Donc oui une femme PM bravo et ainsi faire plaisir au mouvement Me too. Par contre Mme Wilmès PM bof mais bon nous verrons au contrôle technique...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une