Sophie Wilmès, Première ministre: «Un événement historique», pour la presse belge

Sophie Wilmès, Première ministre: «Un événement historique», pour la presse belge

La plupart des quotidiens belges ont affiché leur réjouissance : une femme à la tête de la Belgique, ça n’arrive pas tous les jours. C’est même une première chez nous !

« Qu’une femme devienne Première ministre est un signe très fort pour la société belge. C’est aussi un fabuleux encouragement à briser ce fameux et inacceptable plafond de verre », écrit Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef du Soir, tout en relativisant la bonne nouvelle. « Mais ! Car il y a un « mais ». Ceux (pas celles) qui font passer cette nomination pour un grand pas en avant pour les femmes de ce pays, font preuve d’une grande hypocrisie. (...) Sophie Wilmès est une Première ministre qui cache le vide. Première ministre par intérim d’un gouvernement ultra-minoritaire en affaires courantes, qui a perdu 11 des 18 ministres et secrétaires d’Etat du départ : c’est tout sauf un job job job », ajoute-t-elle.

► Edito | Sophie Wilmès, la Première qui cache le vide

Echo similaire du côté de La Libre, qui note « En affaires courantes, avec un gouvernement minoritaire et des pontes du MR partis à l’Europe, cette désignation de Première ad interim n’a pas le même panache que si elle avait eu lieu sous un gouvernement de plein exercice ». Et de conclure : « A l’avenir, la question sera de savoir si Sophie Wilmès n’aura été qu’une exception qui confirme la règle. Ou si d’autres femmes lui emboîteront le pas ».

Sudpresse temporise : « Mais même si le gouvernement de Sophie Wilmès n’a pas de majorité parlementaire, on ne peut accepter de parler de Première ministre au rabais. Ce serait faire injure à la femme et à la fonction » et souligne que, par cette nomination, « le fédéral fait entrer la Belgique dans la modernité ». « Elle y entrera définitivement quand on ne relèvera même plus qu’une femme occupe un poste comme celui de Madame Wilmès ou de ministre-présidente. »

Le mot « enfin » est aussi sur toutes les pages, comme un soulagement.

En Flandre, l’arrivée de Sophie Wilmès au 16 ne fait pas autant de bruit. Seul Het Belang van Limburg en fait sa une.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous