Accueil Opinions Chroniques

L’utilité du carnaval en démocratie

La fête des fous, au Moyen Âge, était une brillante invention du pouvoir : pendant un jour, l’ordre du monde était renversé. Mais à la condition que, dès que sonne l’heure, le carrosse redevienne citrouille.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

C’est une des clés de tout régime (plus ou moins) totalitaire et non démocratique : offrir une illusion contrôlée de liberté et de pouvoir, canaliser les frustrations et la violence refoulée, d’une manière ou d’une autre. Dans les cas les plus « doux », cela prend cette forme carnavalesque d’une fête débridée, costumée, où les excès sont ritualisés ; dans d’autres, la folie devient meurtrière et l’on ne se contente plus de brûler un « bonhomme hiver » ou quelque autre icône de paille. On y organise des jeux sanglants, on extermine un bouc émissaire de chair et de sang et l’on marche derrière un roi de carnaval assassin, qui prolonge la « fête » dans des délires millénaristes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs