La mosquée de Bayonne prise pour cible: deux blessés, le tireur présumé interpellé

La mosquée de Bayonne prise pour cible: deux blessés, le tireur présumé interpellé
AFP

Deux hommes ont été gravement blessés lundi après-midi par des coups de feu tirés devant la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) par un homme qui tentait d’en incendier la porte et a été interpellé un peu plus tard à son domicile dans les Landes, a indiqué la préfecture des Pyrénées-Atlantiques. « A 15h20, un homme a tenté d’incendier la porte de la mosquée de Bayonne. Surpris dans sa tentative par deux personnes, l’homme leur a tiré dessus », a indiqué un communiqué de la préfecture qui précise que l’homme, en repartant, a incendié une automobile.

Les deux victimes, gravement blessées par balles, âgées de 74 et 78 ans, ont été évacuées vers le centre hospitalier de Bayonne, a précisé la préfecture. De source proche de l’enquête, le tireur présumé est un homme de 84 ans, Claude Sinké, qui a reconnu en garde à vue être l’auteur des tirs. L’homme avait été candidat du Front national (FN) en 2015 aux élections départementales du canton de Seignanx, selon les listes officielles.

Une équipe de déminage s’est rendue à son domicile, à Saint-Martin-de-Seignanx, une commune de 5.000 habitants à 16 km de Bayonne, dans le département voisin des Landes. Selon la préfecture à l’AFP, l’homme est détenteur de trois armes de catégorie B, qu’il avait déclarées.

La police judiciaire a été saisie de l’enquête. Une cellule psychologique a été mise en place pour les témoins de la scène et une autre à l’hôpital. « Vers 15h15, deux personnes préparaient la salle pour la prière de 16h30 », a raconté à un correspondant dse l’AFP le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray, qui s’est rendu immédiatement sur place. « Un homme s’approche du bâtiment en voiture, il jette un engin incendiaire sur la porte latérale de la mosquée », a-t-il poursuivi. « Les deux personnes sortent, il leur tire deux coups de fusil, l’un est touché au cou, l’autre au thorax et au bras. Il a pris alors la fuite », a ajouté le maire, et « grâce à un numéro d’immatriculation, il a été arrêté à Saint-Martin-de-Seignanx ».

« Les faits commis à la mosquée de Bayonne émeuvent et indignent chacun d’entre nous »

« Il n’y a jamais eu le moindre problème avec la communauté musulmane à Bayonne. Il y a une seule mosquée qui est très bien gérée », a-t-il encore déclaré, en assurant que « la mosquée ne sera pas fermée plus de 48 heures ». Une salle municipale a été mise à disposition. Un large périmètre de sécurité a été établi autour de la mosquée, selon un correspondant de l’AFP, et seuls les habitants des pavillons voisins y avaient accès. En fin d’après-midi, tout était calme aux abords du bâtiment.

Le président français Emmanuel Macron a réagi sur Twitter. « Je condamne avec fermeté l’attaque odieuse perpétrée devant la mosquée de Bayonne. J’adresse mes pensées aux victimes. La République ne tolérera jamais la haine. Tout sera mis en œuvre pour punir les auteurs et protéger nos compatriotes de confession musulmane. Je m’y engage. »

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a assuré sur Twitter « solidarité et soutien » aux musulmans, jugeant que « les faits commis à la mosquée de Bayonne émeuvent et indignent chacun d’entre nous ».

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, a qualifié sur Twitter ces tirs contre une mosquée d’« attentat » et d’« acte inqualifiable ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite