La mosquée de Bayonne prise pour cible: deux blessés, le tireur présumé interpellé

La mosquée de Bayonne prise pour cible: deux blessés, le tireur présumé interpellé
AFP

Deux hommes ont été gravement blessés lundi après-midi par des coups de feu tirés devant la mosquée de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) par un homme qui tentait d’en incendier la porte et a été interpellé un peu plus tard à son domicile dans les Landes, a indiqué la préfecture des Pyrénées-Atlantiques. « A 15h20, un homme a tenté d’incendier la porte de la mosquée de Bayonne. Surpris dans sa tentative par deux personnes, l’homme leur a tiré dessus », a indiqué un communiqué de la préfecture qui précise que l’homme, en repartant, a incendié une automobile.

Les deux victimes, gravement blessées par balles, âgées de 74 et 78 ans, ont été évacuées vers le centre hospitalier de Bayonne, a précisé la préfecture. De source proche de l’enquête, le tireur présumé est un homme de 84 ans, Claude Sinké, qui a reconnu en garde à vue être l’auteur des tirs. L’homme avait été candidat du Front national (FN) en 2015 aux élections départementales du canton de Seignanx, selon les listes officielles.

Une équipe de déminage s’est rendue à son domicile, à Saint-Martin-de-Seignanx, une commune de 5.000 habitants à 16 km de Bayonne, dans le département voisin des Landes. Selon la préfecture à l’AFP, l’homme est détenteur de trois armes de catégorie B, qu’il avait déclarées.

La police judiciaire a été saisie de l’enquête. Une cellule psychologique a été mise en place pour les témoins de la scène et une autre à l’hôpital. « Vers 15h15, deux personnes préparaient la salle pour la prière de 16h30 », a raconté à un correspondant dse l’AFP le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray, qui s’est rendu immédiatement sur place. « Un homme s’approche du bâtiment en voiture, il jette un engin incendiaire sur la porte latérale de la mosquée », a-t-il poursuivi. « Les deux personnes sortent, il leur tire deux coups de fusil, l’un est touché au cou, l’autre au thorax et au bras. Il a pris alors la fuite », a ajouté le maire, et « grâce à un numéro d’immatriculation, il a été arrêté à Saint-Martin-de-Seignanx ».

« Les faits commis à la mosquée de Bayonne émeuvent et indignent chacun d’entre nous »

« Il n’y a jamais eu le moindre problème avec la communauté musulmane à Bayonne. Il y a une seule mosquée qui est très bien gérée », a-t-il encore déclaré, en assurant que « la mosquée ne sera pas fermée plus de 48 heures ». Une salle municipale a été mise à disposition. Un large périmètre de sécurité a été établi autour de la mosquée, selon un correspondant de l’AFP, et seuls les habitants des pavillons voisins y avaient accès. En fin d’après-midi, tout était calme aux abords du bâtiment.

Le président français Emmanuel Macron a réagi sur Twitter. « Je condamne avec fermeté l’attaque odieuse perpétrée devant la mosquée de Bayonne. J’adresse mes pensées aux victimes. La République ne tolérera jamais la haine. Tout sera mis en œuvre pour punir les auteurs et protéger nos compatriotes de confession musulmane. Je m’y engage. »

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a assuré sur Twitter « solidarité et soutien » aux musulmans, jugeant que « les faits commis à la mosquée de Bayonne émeuvent et indignent chacun d’entre nous ».

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, a qualifié sur Twitter ces tirs contre une mosquée d’« attentat » et d’« acte inqualifiable ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  2. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  3. BRITAIN ELECTIONS DEBATE

    Johnson-Corbyn : un dialogue de sourds

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite