Robert Evans, producteur vedette d’Hollywood est mort à l’âge de 89 ans

Robert Evans, producteur vedette d’Hollywood est mort à l’âge de 89 ans
AFP

Robert Evans, caïd des producteurs de Hollywood dans les années 1970 à qui l’on doit notamment les légendaires films « Le Parrain » et « Chinatown », est mort à l’âge de 89 ans, a-t-on appris lundi auprès de son entourage. Robert Evans était devenu célèbre pour avoir sauvé du désastre les studios Paramount en donnant son feu vert à une série de films à succès, ainsi que pour son style de vie trépidant, marqué par les excès, la cocaïne et pas moins de sept mariages. Les circonstances de son décès n’ont pas été divulguées.

Robert Evans n’était âgé que de 36 ans lorsqu’il a pris les rênes de la production de Paramount en 1966, inaugurant un nouvel âge d’or pour les studios californiens avec « Rosemary’s Baby » de Roman Polanski puis « Le Parrain », de Francis Ford Coppola. Il avait été sélectionné pour les Oscars pour avoir produit « Chinatown » en 1974, encore avec Polanski.

Fils d’un dentiste de New York, Robert Evans s’était essayé à la carrière d’acteur dans les années 1950, mais malgré un physique avantageux, ses performances n’avaient guère été convaincantes et il s’était rapidement rabattu vers la production.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
On ne peut pas multiplier les politiques et les priorités à couvrir et réduire le budget à y consacrer
», insiste Olivier Chastel.

    Le Parlement européen veut 60 milliards de plus pour le climat, selon Olivier Chastel

  2. d-20190131-3R0NN6 2019-11-05 20:59:31

    Retard scolaire, origine,...: la carte d’identité de l’élève francophone

  3. d-20191128-3XGE94 2019-11-28 11:17:40

    Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance wallon

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite