Accueil Société

Dutroux franchit une étape vers une possible libération conditionnelle

Le tribunal de l’application des peines (TAP) de Bruxelles était saisi par les avocats de celui qui a été surnommé par la presse « le monstre de Charleroi ».

Temps de lecture: 2 min

La justice a accédé lundi à la demande de Marc Dutroux, considéré comme un des pires criminels du pays, de bénéficier d’une nouvelle expertise psychiatrique en vue d’une éventuelle libération conditionnelle après plus de 23 ans en prison.

Concrètement, si les trois experts concluent que Dutroux n’est plus un danger pour la société, il faudra ensuite que ses avocats présentent un projet de réinsertion avec un point de chute hors de prison. Sans doute dans un lieu très isolé et sécurisé.

Les cinq juges du TAP ont précisé lundi qu’une libération conditionnelle ne pourrait être examinée qu’« à une nouvelle audience, après réception du rapport d’expertise ».

Me Bruno Dayez, un des avocats de Marc Dutroux, a salué leur décision.

« Dire que quelqu’un est un psychopathe une fois pour toutes, un jour toujours, me semblait un peu court », a-t-il déclaré devant la presse.

Pas de remords

Me Dayez, qui a repris en 2016 la défense de Dutroux, souhaite obtenir sa libération à l’horizon 2021, au bout de 25 ans d’incarcération.

Dans un combat très médiatisé depuis près de deux ans, il fustige ses conditions de détention à l’isolement et milite, plus généralement, pour une abolition de la peine de prison à perpétuité et une prise en charge par l’Etat de la réinsertion.

De leur côté, les familles des victimes reprochent à Dutroux de n’avoir pas dit la vérité sur les faits, ni exprimé de remords.

Lundi, le père d’Eefje, une des quatre filles tuées, était présent à l’énoncé du jugement mais n’a pas souhaité s’exprimer devant les journalistes.

Pour Me Patricia van der Smissen, qui défend les parents de Mélissa, une autre victime, Me Dayez « a choisi le pire étendard à l’appui de ses revendications ‘humanistes’, Dutroux concentrant précisément des circonstances exceptionnelles qui imposent de ne surtout pas le libérer ».

Habitat

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Ledune Guy, mardi 29 octobre 2019, 10:25

    Pas de danger qu'il ne soit libéré. JAMAIS!

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 29 octobre 2019, 8:18

    Serait-il possible de cesser d'ameuter le bon peuple avec de tels titres, si racoleurs ? La libération de M. Dutroux est peut-être "possible", elle est surtout très, très improbable.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mardi 29 octobre 2019, 9:41

    Robin, je suis d'accord avec vous quand vous écrivez que Me Dayez fait son boulot quand il défend M. Dutroux et utilise les procédures à sa disposition. Il me choque quand il dit, par exemple, qu'il a en vue la "paix des familles" ou qu'il "faut cesser de se regarder en chien et chat".

  • Posté par Dumont Robin, mardi 29 octobre 2019, 9:28

    Effectivement, ce serait pas mal. Ce serait aussi une bonne idée d'arrêter de cracher sur un avocat qui ne fait rien d'autre que son boulot. La seule chose qu'il a dit: si le collège de psychiatre estime qu'il n'est plus dangereux, on pourra songer à le libérer. Si ça n'arrive pas (et c'est très très peu probable que ça arrive) il ne sera pas libéré, conditions ou non...

  • Posté par brenes norbert, mardi 29 octobre 2019, 7:30

    Si Dutroux est libéré et (comme plus que probable) récidive Maître Dayez continuera je suppose à dormir la conscience tranquille.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko