Immobilier: les maisons restent beaucoup moins chères en Wallonie qu’à Bruxelles et en Flandre

Immobilier: les maisons restent beaucoup moins chères en Wallonie qu’à Bruxelles et en Flandre
Pierre-Yves Thienpont

Globalement, depuis que le baromètre des notaires existe (depuis 2007), jamais un été n’aura connu un marché immobilier aussi dynamique. Plus de transactions, à des prix plus élevés aussi. Les prix des biens immobiliers ont eux aussi marqué une hausse. Prix moyen durant les neuf premiers mois de 2019 pour une maison : 259.725 euros. Malgré des prix en hausse (+3,9%), les maisons restent beaucoup moins chères en Wallonie qu’ailleurs dans le royaume : 196.713 euros en moyenne, soit 24,3% moins élevé que le prix moyen en Belgique.

Côté appartement, prix moyen : 228.356 euros. Pour la première fois, le prix moyen d’un appartement à Bruxelles a dépassé la barre des 250.000 euros pour s’établir à 253.503 euros.

► Faut-il craindre une bulle spéculative ? Comment expliquer un tel dynamisme? Les détails du baromètre des notaires sur Le Soir+

► Immobilier: le top des communes les plus chères à Bruxelles et en Wallonie

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Grand-Place se déconfine. En mode élargi, les terrasses ne sont pas encore remplies.

    Berezina pour le tourisme à Bruxelles

  2. Dans l’horeca, certains établissements laissent leurs salariés en chômage temporaire. Et font appel à des étudiants et des flexijobs.

    Chômage, job étudiant...: comment le Covid a crispé le monde du travail

  3. Le Luxembourg pourrait rapidement retourner «
au vert
» si les indicateurs prenaient en compte les non-résidents testés positifs qui font grimper les chiffres.

    Le Luxembourg, en zone orange, est-il victime de son dépistage massif?

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 32: le fantasme

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    On s’est rendu compte que le Covid-19, ce sale virus dégueulasse, oppressant et mesquin, s’était insinué partout, mais partout dans notre inconscient, nos fantasmes et nos rêves les plus coquins.

    Prenez les plus bateaux, les plus communs, les plus évidents : le fantasme du lieu public, celui de la salle de gym, des transports en commun, du divan du psy ou du bureau de la prof d’allemand, le fantasme du sauna, de la backroom, de l’avion, du parc, de l’ascenseur, du cinéma, les fantasmes où on est plein, le plan à 3, 4, 5, 6, 10 où tout le monde porte un masque mais pas un stupide FFP2, non, un masque comme dans Eyes Wide Shut de Kubrick, avec des inconnu.e.s croisé.e.s dans l’obscurité et quand les lumières se rallument, tout le monde a disparu.

    Mais comment voulez-vous que ça fonctionne encore ? A peine vous laisserez-vous aller à la rêverie qu’une énorme alarme se...

    Lire la suite

  • C’est une certaine idée du contrat social qui se délite

    On devait s’y attendre. Et pourtant, on se surprend à être surpris. Les points de friction entre employeurs et salariés autour des différents aspects des mesures Corona étaient prévisibles : assimilation du chômage temporaire à une période de préavis, remplacement de salariés par des emplois « low cost », refus de reconnaître le droit au retrait invoqué. A ces « incidents », il fallait s’attendre.

    Parce qu’aucune règle ne sera jamais assez précise pour être totalement...

    Lire la suite