Le gouvernement espagnol «ne comprendrait pas» que la Belgique ne livre pas Carles Puigdemont

Le gouvernement espagnol «ne comprendrait pas» que la Belgique ne livre pas Carles Puigdemont
Reuters

Le gouvernement espagnol «ne comprendrait pas» que la Belgique n’extrade pas l’indépendantiste catalan Carles Puigdemont après la condamnation par la Cour suprême espagnole de neuf leaders séparatistes mi-octobre, a indiqué mardi la vice-Première ministre Carmen Calvo, citée par El País. Ex-président de la Catalogne, Carles Puigdemont, qui réside actuellement à Waterloo, est visé par un mandat d’arrêt européen délivré par la justice espagnole pour tentative de sédition.

L’audience de Carles Puigdemont est reportée au 16 décembre

La représentante du gouvernement espagnol en affaires courantes a estimé qu’il ne serait «pas respectable de refuser de livrer (Carles Puigdemont) à une démocratie pleine et entière».

De son côté, la ministre de la Justice Dolores Delgado a considéré que la condamnation de sept anciens ministres du gouvernement de Puigdemont et de deux influents membres de la société civile catalane à des peines de neuf à 13 ans de prison, pour sédition et détournements de fonds publics, devrait faciliter l’extradition de l’ancien président régional, rapportait l’agence Efe.

Mardi, Carles Puigdemont a comparu devant la chambre du conseil de Bruxelles, qui doit statuer sur l’exécution ou non du mandat d’arrêt européen délivré à son encontre. L’audience a été reportée au 16 décembre à la demande de la défense, qui désirait rédiger et remettre des conclusions.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  2. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  3. Emir Kir ne sait pas encore s’il introduira un recours contre la décision du Parti socialiste bruxellois.

    Le PS bruxellois tente d’éteindre l’incendie Kir

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite