Accueil Léna

Le Pacte des villes libres: Budapest, Varsovie, Prague et Bratislava veulent défendre la démocratie

Le nouveau maire de la capitale hongroise annonce une coopération avec ses homologues polonais, tchèque et slovaque : « Nous allons former une coalition car nous refusons de voir la démocratie piétinée dans nos pays ».

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Gergely Karácsony, candidat de l’opposition élu maire de la capitale hongroise le 13 octobre dernier, veut que la coalition des maires des capitales du Groupe de Visegrad exige de l’Union européenne plus de fonds directement pour les villes, et non pour les gouvernements.

« Dans chacun de nos pays, le gouvernement nous éloigne du centre de l’Europe. Seules les grandes villes s’y opposent. Nos quatre capitales sont dirigées par des maires progressistes, ce qui ouvre la voie à la coopération », nous explique Karácsony. « S’il y a un pays où on sait que trente ans après la chute du communisme, la démocratie reste menacée, c’est bien la Pologne. Mardi, j’ai échangé avec Rafał Trzaskowski [maire de Varsovie] car nous sommes dans une situation similaire. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs