39 corps à bord d’un camion en Angleterre: la police britannique recherche deux suspects

39 corps à bord d’un camion en Angleterre: la police britannique recherche deux suspects
AFP

La police britannique a lancé mardi un appel à témoins pour retrouver deux frères soupçonnés d’homicide involontaire et de trafic d’êtres humains dans le cadre de l’enquête sur la mort de 39 personnes dans un camion frigorifique près de Londres. La police de l’Essex a publié les photos de Ronan (aussi connu comme Rowan) Hughes, 40 ans, et de son frère Christopher, 34 ans, originaires d’Armagh, en Irlande du Nord. « Retrouver les frères Hughes et leur parler est essentiel pour notre enquête. Nous pensons qu’ils se trouvent en Irlande du Nord en ce moment, mais ils ont également des liens en République d’Irlande », a commenté le responsable de l’enquête, Stuart Hooper, dans un communiqué.

Les corps de 39 migrants avaient été découverts dans la nuit de mardi à mercredi dans un camion frigorifique dans une zone industrielle de Grays, dans l’Essex, à une trentaine de kilomètres à l’est de Londres. Le conteneur transportant ces 31 hommes et huit femmes était arrivé par ferry au port de Purfleet, sur la Tamise, en provenance de Zeebrugge, en Belgique. Les victimes n’ont pas encore été identifiées officiellement, dans l’attente des résultats de tests ADN, mais une partie pourrait être originaire de régions pauvres du centre du Vietnam.

Le chauffeur du camion, Maurice Robinson, 25 ans, a été arrêté et maintenu en détention par la justice britannique jusqu’au 25 novembre, date à laquelle il devra plaider coupable ou non devant la cour criminelle londonienne de l’Old Bailey. Cet homme originaire d’Irlande du Nord est poursuivi pour homicides involontaires, trafic d’êtres humains, aide à l’immigration illégale et blanchiment d’argent. Un autre Irlandais du Nord a été arrêté à Dublin samedi, et trois autres personnes arrêtées en Grande-Bretagne – un homme et une femme de 38 ans et un homme de 46 ans – ont été libérées sous caution.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite