Kaveh Rezaei a libéré Charleroi à Ostende (0-1): «Ma confiance est de retour»

@Belga
@Belga

Kaveh Rezaei avait évidemment le sourire à la sortie des vestiaires ce mardi soir, après avoir offert aux siens la victoire, malgré l’infériorité numérique. « J’étais bien sûr fatigué quand j’ai hérité de ce ballon mais j’étais focalisé sur l’idée de finir cette action, je savais que c’était la dernière chance pour l’équipe et j’ai fait tout ce qu’il fallait pour la concrétiser. »

Avant ça, l’Iranien avait multiplié les efforts, pressant l’adversaire et accomplissant les courses défensives. « Quand tu perds un joueur, tu sais que tu vas devoir faire encore plus les efforts pour revenir, aider les tiens à défendre. Si tu ne le fais pas, ton équipe se retrouve à huit joueurs de champ contre dix et tu es certain de perdre le match. Chaque joueur doit courir, 10 à 20 % plus que d’habitude… On l’a fait et c’est pourquoi on a gagné. »

« J’ai dû me réadapter »

Titularisé pour la première fois au Cercle il y a une dizaine de jours, l’attaquant a enchaîné sa troisième apparition de rang dans le onze de base et assure se sentir de mieux en mieux, ce qui est de bon augure pour les Zèbres.

« Ma confiance est de retour, mon corps aussi. J’avais juste besoin d’enchaîner quelques matches. Je donnerai le meilleur toute la saison pour Charleroi. Je connais ma responsabilité. J’avais besoin d’un temps d’adaptation, en termes d’exigences tactiques surtout, réapprendre à connaître mes équipiers. Maintenant, tout va bien avec tout le monde. Quand on regarde mes deux derniers matches, on peut voir que j’ai créé pas mal d’occasions pour mes équipiers. Nous sommes sur le bon chemin et pouvons vraiment prétendre au top 6. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite