Boris Johnson: «Ce sera une élection difficile»

Boris Johnson: «Ce sera une élection difficile»
Photo News

Le Premier ministre britannique Boris Johnson se préparait mercredi à une campagne électorale « difficile » au lendemain du plébiscite des députés en faveur de législatives anticipées en décembre, avec l’objectif de trancher la question du Brexit, boulet du Royaume-Uni depuis plus de trois ans.

Après trois refus, les députés ont fini par approuver mardi à une écrasante majorité la tenue d’un scrutin le 12 décembre pour tenter de sortir de l’impasse du Brexit, qui divise le pays depuis son vote par référendum en 2016.

« Il est temps pour le pays de se rassembler, de réaliser le Brexit et d’aller de l’avant », a commenté Boris Johnson devant des élus de son camp conservateur. « Ce sera une élection difficile et nous allons faire de notre mieux ».

Champion du Brexit

Le chef de gouvernement espère conquérir une majorité absolue au Parlement, dont son gouvernement est actuellement dépourvu, en se positionnant comme le champion du Brexit.

En cas de large victoire, il aurait les mains libres pour faire adopter l’accord de divorce conclu avec l’UE mi-octobre, dont la ratification a échoué au Parlement, et enfin honorer sa promesse de faire sortir le Royaume-Uni de l’Union.

Malgré son engagement, répété à l’envi, de réaliser « coûte que coûte » le Brexit le 31 octobre, il avait été contraint de demander un nouveau report de trois mois aux Européens.

« C’est le Parlement qui a empêché la mise en œuvre du Brexit », a dénoncé mercredi le ministre de la Santé Matt Hancock sur la BBC.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite