Denis Ducarme: «Un budget de 67 millions d’euros en faveur des blouses blanches»

Denis Ducarme
Denis Ducarme - Belga

L’amendement budgétaire « blouses blanches » en faveur des infirmières, voté jeudi à la Chambre contre la volonté du gouvernement d’affaires courantes, sera bien intégré ce jeudi dans le vote des douzièmes provisoires, a indiqué mercredi le ministre Denis Ducarme (MR) sur les ondes de La Première (RTBF), non sans critiquer vivement la méthode.

Ducarme confirme ainsi la position de l’ensemble du gouvernement. Mardi, le Knack indiquait que les deux autres partenaires de la coalition fédérale, le CD&V et l’Open VLD, allaient aussi dans ce sens.

Le ministre MR n’en dénonce pas moins un amendement « incroyable, plein de ratures ». « On connaît la difficulté de ce secteur, mais il y a aussi des difficultés ailleurs et une réalité budgétaire ».

Cet amendement a été apporté à la loi qui contient les douzièmes provisoires pour les mois de novembre et de décembre. Il prévoit de créer un « Fond Blouses blanches » doté de 67 millions d’euros afin d’engager du personnel infirmier supplémentaire. Il a reçu le soutien des socialistes, des écologistes et du Vlaams Belang, tandis que les libéraux, le CD&V et la N-VA ont voté contre. Défi et le CDH se sont abstenus.

Le vote avait fait polémique jeudi soir, le PTB avait déposé un amendement en faveur des infirmières visant à la création d’un fond d’un milliard d’euros. Cet amendement avait été accepté par une majorité inédite en Belgique. Le texte était passé grâce au soutien des écologistes et des socialistes auxquels s’était ajouté le Vlaams Belang.

Ce vote a alors entraîné le report du vote de l’ensemble de la loi. Or, celle-ci doit impérativement être adoptée avant le 1er novembre, sous peine de provoquer un « shutdown » : l’État n’aurait plus le droit ni de dépenser de l’argent, ni de prélever des impôts.

L’amendement restera de toute façon lettre morte, a laissé entendre le chef de groupe Open VLD, Egbert Lachaert. « Le vrai problème, c’est qu’on ne trouve pas de personnel. De l’argent supplémentaire n’y changera rien », a-t-il expliqué.

La mise en œuvre de l’amendement implique un arrêté royal proposé au gouvernement par la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open VLD). « Mais cet arrêté royal n’est pas sur la table », a ajouté Lachaert.

Le PTB organisera jeudi à 13h, à la Colonne du Congrès à Bruxelles, une manifestation pour obtenir du gouvernement le respect de l’amendement.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10844589-050

    France: condamné, Mélenchon dénonce un «procès politique»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  3. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que toutes les voitures belges

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite