Effondrement d’un bâtiment à Mons: les travaux de stabilisation sont en cours

Effondrement d’un bâtiment à Mons: les travaux de stabilisation sont en cours
Photo News

Au lendemain de l’effondrement, mardi, de l’étage d’un immeuble situé au numéro 8 de la rue des Juifs à Mons, les services techniques communaux et des firmes spécialisées travaillent à la sécurisation du site ainsi qu’à la stabilisation de l’habitation sinistrée. L’étage de l’immeuble s’est effondré mardi vers 13 heures. Le sinistre a fait un mort, le locataire qui se trouvait au rez-de-chaussée, et deux blessés, des ouvriers qui travaillaient dans le bâtiment qui était en travaux.

La première action des équipes techniques est de procéder au démontage de la toiture et de la sous-toiture. Une partie du mur arrière du bâtiment doit ensuite être abattue afin de faire tomber les têtes de pignons qui sont menaçants. Une firme spécialisée procédera ensuite à la stabilisation de l’immeuble au moyen de poutres transversales pour la façade et de tripodes pour l’intérieur ainsi que pour les habitations voisines. La Ville de Mons a, de son côté, mandaté un expert indépendant afin de confirmer les options techniques mises en œuvre dans le cadre de ces opérations. La voirie restera interdite à la circulation, sauf piétonne, jusqu’à ce que les travaux de sécurisation et de stabilisation soient entièrement finalisés et l’espace public complètement sécurisé.

La Ville de Mons a indiqué dans un communiqué que « tout est mis en œuvre afin que ces phases délicates avancent au plus vite et permettent aux riverains évacués de regagner leurs foyers ». Dix-sept personnes évacuées après le sinistre se sont présentées au CPAS, 6 d’entre elles ont été prises en charge par leurs familles, 3 se sont orientées vers un hôtel et 8 ont été relogées dans des logements d’urgence du CPAS. « Pour l’heure, nous sommes tenus à l’arrêté d’inhabilité de 48 heures qui a été dressé après l’accident pour les immeubles voisins », a précisé Marie Meunier, présidente du CPAS de Mons.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite