Le risque d’un Brexit sans accord «existe encore», estime Barnier

Le risque d’un Brexit sans accord «existe encore», estime Barnier
Reuters

Le négociateur en chef de l’Union européenne Michel Barnier a estimé mercredi que le risque d’une sortie du Royaume-Uni sans accord n’était toujours pas complètement écarté lors d’un discours à Bruxelles.

Brexit : l’accord de Boris Johnson coûtera 80 milliards d’euros au Royaume-Uni

« Le risque que le Brexit arrive en l’absence d’un accord ratifié existe encore », a-t-il déclaré devant l’assemblée du Conseil économique et social européen.

« Cela pourrait intervenir fin janvier. Cela pourrait aussi intervenir à la fin de 2020 », à l’issue de la période de transition prévue, a-t-il averti.

En effet, a prévenu M. Barnier, même avec un accord de retrait ratifié, si aucun accord sur la relation future n’est mis en place avant la fin de la période de transition, une sortie brutale du Royaume-Uni peut toujours se produire.

« Un premier moment de vérité »

Il existe toutefois une possibilité de prolonger la période de transition, a-t-il rappelé. « L’été 2020 sera un premier moment de vérité. Ce sera le moment de décider ou pas d’une extension de la période de transition », a-t-il souligné.

« Le temps de cette négociation (de l’accord sur la relation future, ndlr) sera exceptionnellement court », a souligné Michel Barnier devant les représentants d’employeurs, travailleurs et autres groupes d’intérêt : « 11 mois pour faire l’essentiel ». Or cette négociation s’annonce « exigeante et difficile », a-t-il souligné.

Outre les « délais très courts » de cette négociation, Michel Barnier a appelé à ne pas sous-estimer la procédure de ratification de ces nouveaux compromis, qui porteront à la fois sur le futur partenariat économique, mais aussi sur la coopération en matière de sécurité intérieure et d’affaires étrangères, et qui devront être soumis au feu vert des parlements nationaux.

Ces « accords mixtes, contrairement à (l’accord sur les conditions du) Brexit, vont exiger la ratification des 27 parlements nationaux à l’unanimité, et peut-être même de certains parlements régionaux. Je recommande de ne pas sous-estimer la difficulté de cette procédure de ratification », a-t-il lancé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite