Cambridge Analytica: Facebook accepte de payer une amende de 500.000 livres

Cambridge Analytica: Facebook accepte de payer une amende de 500.000 livres
PhotoNews

Facebook a accepté de payer une amende de 500.000 livres à la suite de l’affaire Cambridge Analytica et de l’utilisation à leur insu de données de millions d’utilisateurs, a annoncé mercredi le régulateur britannique de la protection des données (ICO).

L’ICO annonce dans un communiqué avoir trouvé un accord avec Facebook, qui met fin à leur bataille en justice sur le principe de cette amende qui remonte à 2018.

Le montant de l’amende est le maximum possible, pour violation de la loi britannique sur la protection des données.

Le régulateur avait ouvert son enquête dans la foulée de cette affaire Cambridge Analytica qui concernait quelque 87 millions d’utilisateurs du géant américain des réseaux sociaux, afin de faire la lumière sur d’éventuelles interférences avant le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE de juin 2016.

La protection des données au coeur des accusations

La société britannique Cambridge Analytica avait été accusée d’avoir collecté et exploité sans leur consentement les données personnelles d’utilisateurs à des fins politiques, notamment pour faire gagner le Brexit au Royaume-Uni et Donald Trump à la présidentielle américaine en 2016.

«Nous sommes heureux d’entendre que Facebook a pris et va continuer de prendre des mesures importantes pour respecter les principes fondamentaux liés à la protection des données», souligne James Dipple-Johnstone de l’ICO.

De son côté, Harry Kinmonth, un responsable de Facebook, rappelle que le groupe a déjà reconnu qu’il aurait dû «faire plus pour enquêter sur les plaintes à propos de Cambridge Analytica en 2015».

«Nous avons engagé des changements majeurs dans notre plateforme, en restreignant significativement les informations auxquelles peuvent avoir accès les développeurs d’application», selon lui.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite