Jusqu’à 2.000 dollars d’amende: New York va interdire la commercialisation du foie gras

Jusqu’à 2.000 dollars d’amende: New York va interdire la commercialisation du foie gras
AFP

Le conseil municipal de New York a adopté mercredi un texte interdisant la commercialisation du foie gras à partir de 2022, une décision qui devrait priver l’industrie, locale en particulier, d’un marché important.

L’issue du vote ne faisait que peu de doute, une majorité d’élus du conseil ayant affiché leur soutien à ce texte, présenté en début d’année par plusieurs conseillers municipaux.

À compter de fin octobre 2022, soit trois ans après l’adoption de la loi, il sera interdit à tout établissement faisant commerce d’aliments de vendre du foie gras, d’en servir ou même d’en détenir.

Les contrevenants s’exposeront à une amende comprise entre 500 et 2.000 dollars, susceptible d’être renouvelée toutes les 24 heures.

New York rejoindra ainsi l’Etat de Californie, où la commercialisation est interdite depuis janvier, même si la bataille judiciaire continue autour de cette décision.

Le texte adopté mercredi précise que l’interdiction concerne les produits issus du gavage des animaux, pratique dénoncée par les élus ainsi que par plusieurs associations de protection des animaux.

Plusieurs dizaines de sympathisants de l’organisation locale « Voters for Animal Rights » (« Les électeurs pour les droits des animaux »), qui a joué un rôle majeur dans ce dossier, s’étaient réunis mercredi devant la mairie avant le début du conseil municipal.

Il existe aujourd’hui une offre de foie gras obtenu sans gavage, mais ses volumes sont insignifiants à l’échelle de l’industrie. Une start-up française, Aviwell, travaille par ailleurs à un procédé alternatif qui pourrait être utilisé par l’industrie.

Deux gros producteurs touchés

Outre amateurs, détaillants et restaurateurs, les premiers touchés par la mesure seront les deux gros producteurs installés au nord de New York, Hudson Valley Foie Gras et La Belle Farms.

Aux opposants, qui assurent que les animaux souffrent du gavage, Hudson Valley Foie Gras répond que la quantité de grains administrée aux canards ne dépasse pas celle qu’ils pourraient manger d’eux-mêmes. Le foie gras de ces deux exploitations alimente une partie importante du marché new-yorkais, même si la mesure aurait aussi un impact pour des producteurs français

Ils soulignent aussi que le gésier du canard a naturellement une fonction de stockage.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite