Accueil Culture Livres

Ellen Kushner à la pointe de l’ironie

Avec « A la pointe de l’épée », l’autrice américaine plonge la fantasy dans la période élisabéthaine, avec son sens du drame, de la stratégie et du théâtre.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 4 min

Avec Ellen Kushner, c’est une fantasy nouvelle qui a fait son apparition. Si le titre de ce roman semble annoncer une fantasy épique, avec un bretteur, Richard Saint-Vière, comme héros, le contenu, lui, mène le lecteur dans une autre direction. Bien sûr, l’épée et les combats sont de la partie. Mais l’écrivaine ne s’y attarde guère : ce qui l’intéresse, ce sont les relations entre les personnages, les stratégies qui se développent et les discours qui les nouent. On parle beaucoup dans le monde de Saint-Vière, mais on n’est guère franc : les sous-entendus, la causticité, l’ironie sont de la partie. On se croirait dans un drame élisabéthain, genre Shakespeare ou Marlowe.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Pierre Rabhi, le prophète de la terre

Sandales aux pieds, pantalon de velours et bretelles, bouc bien taillé, Pierre Rabhi c’était « 52 kilos tout mouillé » mais un vrai charisme et des formules qui faisaient mouche pour appeler à une « insurrection des consciences ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs