Nouveau coup dur pour Toma Nikiforov: le judoka opéré à l’épaule droite

©Belga
©Belga

Trois mois et demi après une première opération à l’épaule gauche, le judoka Toma Nikiforov (-100 kg) va être opéré ce jeudi à Anvers. Elle se situera au niveau de l’épaule droite. Elle est la conséquence d’une luxation survenue à l’entraînement alors qu’il préparait sa rentrée en compétition programmée en Australie début novembre.

Le champion d’Europe 2018 n’avait plus combattu depuis sa luxation à l’épaule gauche le 24 juin aux Jeux Européens de Minsk. Il avait finalement été opéré le 18 juillet.

« C’est bien sûr un nouveau coup dur pour Toma », a reconnu Koen Sleeck, le directeur technique de la Fédération flamande de judo (VJF). « Il ne pourra pas participer à la compétition avant février (à Düsseldorf, sans doute, NDLR) au plus tôt afin d’obtenir les points nécessaires pour la qualification olympique. Le personnel technique et l’équipe médicale feront tout ce qui est en leur pouvoir pour le préparer de manière optimale pour les Jeux de Tokyo. »

Nikiforov, 26 ans, compte un titre européen (2018) et une médaille de bronze mondiale (2015). Il occupe actuellement le 45e rang au classement qualificatif pour les JO 2020.

Les 18 premiers classés (un par pays) au classement IJF le 25 mai 2020 sont directement qualifiés. Les quatorze autres judokas sont sélectionnés selon des classements continentaux en tenant toujours compte de la limite d’un athlète par pays et par catégorie de poids.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite