Laurent Binet, Grand Prix du roman de l’Académie française

Cervantès et Montaigne : les clins d’œil de Laurent Binet.
Cervantès et Montaigne : les clins d’œil de Laurent Binet. - J.F. Paga.

Il en va des prix littéraires comme de la vie : les choses n’arrivent pas toujours quand elles le devraient. Civilizations , de Laurent Binet, ambitieuse mais confuse réécriture de l’Histoire du monde (rien que cela !), a reçu le Grand Prix du roman de l’Académie française – alors que les deux précédents romans de l’auteur étaient des constructions beaucoup plus abouties. Voici Christophe Colomb aux oubliettes, malheureux explorateur jamais arrivé au bout de son rêve, tandis qu’Atahualpa, empereur déchu de Quito, conquiert l’Europe en un (juste) retour des choses. La religion du Soleil fait oublier l’Inquisition, on croise Cervantès et Montaigne, l’Europe brille mais pas des feux dont on avait coutume de la parer. L’idée est excitante, elle le reste même après la lecture d’un livre qui s’ouvrait en saga (celle de Freydis Eriksdottir, un roman en soi) et se gonfle de prétention autant que d’épisodes sans articulations visibles entre eux.

Civilizations LAURENT BINET Grasset, 385 p., 22 €, ebook, 15,99 €

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  2. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

  3. GagnantsPerdants

    Joachim Coens, l’Ommegang et Paris: les gagnants et les perdants de la semaine

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite