Brexit: Trump critique l’accord de Johnson

Boris Johnson
Boris Johnson - Reuters

Donald Trump a critiqué jeudi l’accord de sortie de l’UE du Premier ministre britannique Boris Johnson, qui selon lui ne permet pas de traité commercial avec les Etats-Unis, et l’a appelé à s’allier aux partisans d’un Brexit dur pour les législatives de décembre.

Le président américain, qui avait précédemment promis au Royaume-Uni un « accord magnifique » une fois qu’il aurait quitté l’Union européenne, a donné un entretien à l’europhobe Nigel Farage sur la radio britannique LBC, en plein lancement de la campagne électorale pour les élections anticipées du 12 décembre.

« Pour être honnête avec vous, avec cet accord, sous certains aspects, vous ne pouvez pas (faire du commerce). Nous ne pouvons pas faire d’accord commercial avec le Royaume-Uni », a déclaré M. Trump.

« Je sais que Boris (Johnson) veut être très attentif à cela. Parce que d’une certaine manière nous sommes écartés, ce qui serait ridicule », a-t-il ajouté.

S’allier avec Farage

Dans la même interview réalisée par téléphone, Donald Trump a appelé Boris Johnson à s’allier pour les législatives avec son « ami » Nigel Farage, pour qui l’accord négocié mi-octobre à Bruxelles maintient le Royaume-Uni trop proche de l’UE.

« J’aimerais vous voir vous mettre avec Boris, parce que vous feriez un bon score, parce que vous vous en êtes très bien tiré lors des dernières élections et il vous respecte beaucoup », a déclaré le président des Etats-Unis.

Lors des élections européennes fin mai, la formation politique de Nigel Farage était arrivée en tête du scrutin avec 31,6 % des suffrages.

« Je vous le dis, il vous respecte beaucoup. Je ne sais pas si vous le savez ou pas », a poursuivi le président américain, saluant « deux personnes brillantes ». « J’aimerais vous voir vous mettre ensemble », a insisté M. Trump. « Je pense que ce serait formidable ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140610-W4226H

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite