NBA: Kawhi Leonard porte les Clippers et fait tomber les Spurs de Popovich (vidéos)

©AFP
©AFP

Les Los Angeles Clippers ont infligé à San Antonio sa première défaite de la saison, 103-97 (mi-temps : 56-48), Kawhi Leonard ayant été le bourreau de son ancienne équipe entraînée par Gregg Popovich, avec 38 points inscrits, jeudi en saison régulière de NBA.

Ménagé mercredi à Utah, où les Clippers ont d’ailleurs concédé leur deuxième revers (110-96), Kawhi Leonard tenait à être prêt à affronter San Antonio, la franchise qui a lancé sa carrière et avec laquelle il a été une première fois champion en 2014, avant d’ajouter une deuxième bague en 2019 avec Toronto.

Et pour mieux montrer tout le respect qu’il a pour Gregg Popovich, l’entraîneur qui lui a donné sa chance dès 2011, l’ailier a sorti un gros match, avec 38 points, 12 rebonds et 4 interceptions, qui a permis de contenir des Spurs accrocheurs à l’image de DeMar DeRozan auteur de 29 points.

La morosité commençait à sérieusement affecter La Nouvelle-Orléans en ce début de saison. D’abord en raison de la blessure à un genou du rookie-phénomène Zion Williamson, qui ne débutera pas en NBA avant décembre. Ensuite à cause de ces quatre défaites inaugurales, certes face à des « clients » (Toronto, Dallas, Houston, Golden State).

Face à Denver, les Pelicans ont stoppé cette hémorragie pour ouvrir leur compteur victoire, 122-107 (56-52), grâce à des performances solides de Jalil Okafor (26 pts, 5 rbds), Brandon Ingram (25 pts, 5 passes) et Jrue Holiday qui revenait de blessure (17 pts), 9 passes).

Côté Nuggets, où Nikola Jokic a été étonnamment peu mis à contribution malgré 13 points (à 5 sur 6 aux tirs), ce revers est le deuxième consécutif après quatre victoires d’entrée.

On n’attendait pas le Heat si performant, mais son début de saison emballant laisse entrevoir un vrai potentiel, sans nom ronflant dans l’effectif. Du moins pas encore, car Kendrick Nunn, qui incarne le renouveau plein de peps des Floridiens, n’est que rookie et pas le plus médiatisé, comparé à Zion Williamson ou Ja Morant (Memphis).

À Atlanta que Miami retrouvait en mode « back to back », 48 heures après s’être imposé chez lui (97-112), la victoire a encore été au rendez-vous 106-97 (52-46). La quatrième en cinq matches. Et Kendrick Nunn a été déterminant avec 28 points dans la musette, son record personnel, tandis que Jimmy Butler a été plus discret (5 pts, mais 11 rebonds et 9 passes tout de même).

Sans faire de bruit, l’arrière de 24 ans présente une moyenne de 22,4 points à 51,8 % de réussite aux tirs. Pas mal pour un joueur qu’aucun club n’avait sélectionné lors de la draft en 2018. À ce titre, il a battu le record de points (112) sur les cinq premiers matches disputés par un joueur non drafté.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A 37 ans, Sam Rotsaert surprend positivement pour ses débuts.

    Par Stéphane Druart

    Euromillions League

    Sam Rotsaert, le meilleur transfert du Spirou Charleroi

  • Alexandre Libert aura du pain sur la planche.

    Par Guillaume Zaracas

    Euromillions League

    Les 11 jours fous du Spirou de Charleroi

  • ©Belga

    Par Stéphane Druart

    Euromillions League

    Spirou: une victoire qui devrait compter

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Greenpeace a mené une action spectaculaire à l’ouverture du sommet européen, jeudi matin
: ses militants ont pris d’assaut la façade du bâtiment, déployant de grandes banderoles qui donnaient l’impression que le bâtiment était en feu. Des feux de détresse ont également été allumés en divers endroits pour faire de la fumée.

    Sommet européen: alerte orange sur l’ambition «neutralité carbone» en 2050

  2. Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne.

    Les marchés du carbone empoisonnent la COP25 Madrid

  3. ©News

    Europa League: éliminé, le Standard peut nourrir des regrets

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite