Christine Lagarde prend officiellement les rênes de la Banque centrale européenne

Christine Lagarde prend officiellement les rênes de la Banque centrale européenne
DPA

Christine Lagarde a pris officiellement vendredi la présidence de la Banque centrale européenne, succédant à l’Italien Mario Draghi, a annoncé l’institut monétaire.

La Française «a été nommée par le Conseil européen du 18 octobre 2019 pour un mandat de huit ans», indique la BCE dans un communiqué.

Lagarde, première femme à prendre la présidence de l’institut depuis son lancement en 1998, a connu une ascension professionnelle rythmée par les crises vécues à la tête du ministère de l’Economie française (2007-2011) puis au Fonds monétaire international (2011-2019).

Novice en politique monétaire, elle s’élance au moment où la BCE démarre ce 1er novembre et aussi longtemps que nécessaire un nouveau programme controversé de rachats de dette sur le marché, le «QE» approuvé en septembre par un conseil des gouverneurs très divisé sur la question.

La BCE va racheter 20 milliards d’euros par mois d’obligations publiques et privées de manière à soutenir l’économie en manque de souffle et l’inflation atone.

Les locaux seront vides à la BCE ce vendredi férié de Toussaint, mais des manifestants ont prévu de se réunir devant l’entrée de la tour de verre et d’acier à 12H00 GMT à l’appel du mouvement Attac, pour exiger un cours plus social et environnemental de la politique monétaire. Ils seront rejoints à 13h GMT par les manifestants pour le climat de «Friday for future».

Lagarde a déjà déclaré en septembre vouloir faire évoluer l’institut, en mettant davantage l’accent sur l’égalité des sexes, l’action pour le climat et une communication dépoussiérée de son langage technocratique.

Il reviendra surtout à la Française de poursuivre une politique monétaire très expansive après des années de crise, en ayant amené les taux à leur plus bas historique pour s’attirer de fortes critiques. En Allemagne, le quotidien populaire Bild a affublé en septembre Draghi du masque de «Draghila», le comte qui siphonne les comptes des épargnants.

La nouvelle patronne de la BCE a, elle, envoyé mercredi au micro de RTL un message fort à l’Allemagne et à d’autres pays en excédent budgétaire qui «n’ont pas vraiment fait les efforts nécessaires» pour consolider une croissance fragile, pendant que les banques centrales «ont fait leur boulot»

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite