Brexit: Boris Johnson défend l’accord critiqué par Trump

Brexit: Boris Johnson défend l’accord critiqué par Trump
AFP

Les services du Premier ministre britannique Boris Johnson ont défendu l’accord conclu sur le Brexit après les critiques du président américain. Donald Trump jugeait qu’il empêchait les États-Unis de conclure un accord commercial avec le Royaume-Uni.

Sur les ondes de la radio britannique LBC, Donald Trump a jugé jeudi soir que l’accord négocié par Johnson avec l’Union européenne ne permettait pas de conclure « d’accord commercial avec le Royaume-Uni ». Un porte-parole de Downing street a répliqué que l’accord de sortie de l’Union européenne négocié par Boris Johnson permettrait au Royaume-Uni de conclure des « accords commerciaux partout dans le monde, qui profiteront à l’ensemble du Royaume-Uni ».

Le président américain, qui a à plusieurs reprises promis un « accord magnifique » à Londres après le Brexit, sait que « Boris veut être très attentif à » la perspective d’un accord commercial, estimant qu’il serait « ridicule » que les États-Unis se retrouvent d’une certaine manière écartés.

Interviewé par téléphone par l’europhobe Nigel Farage, Trump s’est invité dans la campagne des élections anticipées au Royaume-Uni du 12 décembre. Il a plaidé pour une alliance entre Johnson et le chef du Parti du Brexit, arrivé en tête aux élections européennes de mai avec plus de 31 % des suffrages. « J’aimerais vous voir vous mettre ensemble », a insisté Trump. « Je pense que ce serait formidable », a-t-il commenté. Boris Johnson et son parti conservateur ont déjà écarté à plusieurs reprises la perspective d’une alliance avec le Parti du Brexit.

Le président américain a également considéré que le chef du principal parti d’opposition, le travailliste Jeremy Corbyn, serait « tellement mauvais pour le pays ». Réagissant sur Twitter, le chef du Labour a accusé le président américain « d’essayer d’interférer dans les élections britanniques en faisant élire son ami Boris Johnson ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’abaissement des cotisations sociales ne peut être suffisant pour augmenter le nombre de quinquagénaires et sexagénaires au travail.

    Pensions: et si allonger la carrière n’était pas la (bonne) solution?

  2. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  3. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Un pays qui part à vau-l’eau

    Ce mercredi, tous les partis siégeant en commission santé du Parlement ont approuvé l’accord sur le financement supplémentaire dans le secteur hospitalier. C’est une très bonne nouvelle car cela implique du personnel supplémentaire dans les hôpitaux, mais aussi chez les infirmiers à domicile salariés. Celui qui a récemment côtoyé un hôpital ou reçu la visite d’un infirmier à domicile, a constaté leur stress et la pression qui les fait courir d’un patient à l’autre tout en conservant le sourire, car ils et elles savent que c’est un élément...

    Lire la suite