Brexit: Boris Johnson défend l’accord critiqué par Trump

Brexit: Boris Johnson défend l’accord critiqué par Trump
AFP

Les services du Premier ministre britannique Boris Johnson ont défendu l’accord conclu sur le Brexit après les critiques du président américain. Donald Trump jugeait qu’il empêchait les États-Unis de conclure un accord commercial avec le Royaume-Uni.

Sur les ondes de la radio britannique LBC, Donald Trump a jugé jeudi soir que l’accord négocié par Johnson avec l’Union européenne ne permettait pas de conclure « d’accord commercial avec le Royaume-Uni ». Un porte-parole de Downing street a répliqué que l’accord de sortie de l’Union européenne négocié par Boris Johnson permettrait au Royaume-Uni de conclure des « accords commerciaux partout dans le monde, qui profiteront à l’ensemble du Royaume-Uni ».

Le président américain, qui a à plusieurs reprises promis un « accord magnifique » à Londres après le Brexit, sait que « Boris veut être très attentif à » la perspective d’un accord commercial, estimant qu’il serait « ridicule » que les États-Unis se retrouvent d’une certaine manière écartés.

Interviewé par téléphone par l’europhobe Nigel Farage, Trump s’est invité dans la campagne des élections anticipées au Royaume-Uni du 12 décembre. Il a plaidé pour une alliance entre Johnson et le chef du Parti du Brexit, arrivé en tête aux élections européennes de mai avec plus de 31 % des suffrages. « J’aimerais vous voir vous mettre ensemble », a insisté Trump. « Je pense que ce serait formidable », a-t-il commenté. Boris Johnson et son parti conservateur ont déjà écarté à plusieurs reprises la perspective d’une alliance avec le Parti du Brexit.

Le président américain a également considéré que le chef du principal parti d’opposition, le travailliste Jeremy Corbyn, serait « tellement mauvais pour le pays ». Réagissant sur Twitter, le chef du Labour a accusé le président américain « d’essayer d’interférer dans les élections britanniques en faisant élire son ami Boris Johnson ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Environ un millier de personnes sont en quarantaine dans l’ouest de l’Allemagne vendredi, maintenant que le nombre de cas confirmés est passé à 53. La mesure s’applique au district de Heinsberg, très près de la frontière avec la Belgique.

    Le coronavirus bouleverse la planète

  2. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    La Bruxelles de 2050 germe aujourd’hui

  3. ELPais

    Hillary Clinton: «Les services secrets russes travaillent encore pour Trump»

La chronique
  • Allô, Alost?

    Allô, Alost ?

    Ouais, à l’eau…

    Et merci au Dieu de l’Ancien Testament d’avoir arrosé les comiques du coin ce dimanche de carnaval, on aurait dit les premières heures du Déluge. L’Ancien Testament est la Bible des Juifs. Ce qui souligne le pouvoir exorbitant de ces gens-là. La seule question que se posait Noé dimanche dernier était : qui de tous ces animaux laisser entrer dans l’Arche ? Aux dernières nouvelles, il a décidé de couler avec son rafiot.

    Dieu a fait l’homme à son image, paraît-il. Pourquoi l’homme d’Alost doit-il alors se cacher derrière des masques affreux ?

    Le nœud de cette affaire, c’est la définition de l’humour. Une quête impossible. Ce qui fait rire votre voisin et vous laisse de glace ou vous agace, est-ce de l’humour ? Bien sûr que oui car pour qui vous prenez-vous ? Pourquoi auriez-vous meilleur goût que votre voisin ?

    ...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite