Un dragon d’acier de 25m débarque à Calais (photos)

Un dragon d’acier de 25m débarque à Calais (photos)

Crachant feu, eau et fumée, un dragon gigantesque « venu d’un autre monde » va entrer vendredi dans Calais : haut de 10 mètres, long de 25, l’attendu monstre mécanique imaginé par François Delarozière sera au centre d’un « spectacle urbain » de trois jours, avant de devenir attraction touristique.

Une légende courait depuis plusieurs mois sur internet et dans les médias : alors que « sous la croûte terrestre, d’immenses galeries abritent des êtres mythiques et chimères », les importants travaux menés à Calais pour étendre le port ont malencontreusement « ouvert une brèche entre les mondes », permettant au dragon de s’échapper, conte François Delarozière, directeur artistique de la compagnie « La Machine », qui a mis au point la créature articulée.

Après le Grand éléphant de Nantes, le Minotaure débarqué à Toulouse ou les bestiaires envoyés à Pékin, Bruxelles ou Liverpool, le concepteur scénographe a créé pour Calais une machine « plus grande encore », pesant 72 tonnes et faite d’acier, cuir, toile et bois sculpté.

Pensée pour « accompagner, de manière pérenne » les grands projets de mutation urbaine engagés à Calais, notamment la rénovation complète du front de mer, elle doit devenir à terme une attraction touristique et participer au développement économique de la métropole.

Capable de marcher jusqu’à 4 km/h, cracher du feu, se coucher, bouger la langue ou les oreilles et même battre des ailes, « ce dragon des mers va d’abord circuler dans le centre-ville pendant trois jours et trois nuits entières, s’endormant parfois deux heures pour se réveiller à nouveau, accompagné de musique et d’effets, les rues devenant son théâtre », dévoile à l’AFP M. Delarozière.

Au départ sauvage, un peu farouche, « il va être reçu comme un corps étranger, faire peur aux Calaisiens qui vont réagir, tenter de le repousser avant de se rendre compte qu’il est en fait bienfaiteur et plutôt le gardien des terres et mers du Nord », sourit-il.

Les parcours et lieux de réveil ne sont pas annoncés : « les spectateurs devront partir à la recherche de l’animal, le suivre, se parler entre eux. L’idée est de créer des échanges, une émotion commune », explique le scénographe, espérant « émerveiller » 300.000 spectateurs au total.

À l’issue du spectacle, « le dragon s’installera à Calais pour y vivre plusieurs dizaines d’années », entre le front de mer et une nef transparente dédiée. Devenue « machine de ville », il arpentera quotidiennement la ville dès la mi-décembre, transportant sur son dos une cinquantaine de Calaisiens ou touristes pour un voyage payant d’environ 30 minutes. Il circulera notamment dans les voies de bus à sens unique.

À partir de 2022, deux « varans de voyage », pouvant eux transporter 25 personnes chacun et se déplacer au milieu des voitures à « 6 ou 7 km/h », puis une « famille d’une dizaine d’iguanes » s’installeront aussi en ville. Des visites techniques, un espace de restauration, une boutique ou encore des activités indoor compléteront l’installation.

Chaque animal mécanique évoluera dans un lieu emblématique comme le Fort Risban, le Fort Nieulay ou encore les bunkers hérités de la Seconde Guerre mondiale, des « bâtiments historiques extraordinaires mais qui dormaient un peu et méritaient d’être valorisés », se réjouit M. Delarozière.

La compagnie entend « réenchanter et dynamiser la ville » pour transformer le regard des habitants et capter l’attention des millions de touristes qui transitent chaque année par le port de Calais, venus notamment du Royaume-Uni.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20140610-W4226H

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite