Le film de la belgo-tunisienne Hinde Boujema fait un tabac au festival de Carthage (vidéo)

La réalisatrice belgo-tunisienne Hinde Boujema
La réalisatrice belgo-tunisienne Hinde Boujema - Belga

Début novembre 2018, Hinde Boujema et son équipe s’activaient à Djebel Jelloud, un quartier de la banlieue sud de Tunis, où ils tournaient « Noura rêve ». Un an plus tard, le premier long-métrage de fiction réalisé par la Belgo-tunisienne y est de retour, terminé.

« Au lendemain des festivals de Toronto (Canada), San Sebastian (Espagne), El Gouna (Egypte) et Namur, nous voici en compétition aux JCC en Tunisie, dans l’un de mes deux pays », commente-t-elle. L’accueil réservé au film est chaleureux, en témoigne l’affluence dans les salles tunisiennes qui hébergent le festival des JCC.

L’adultère, dans un pays qui le condamne encore sévèrement, constitue le thème principal de cette œuvre dans laquelle l’actrice vedette tunisienne Hend Sabri interprète le rôle principal. Alors que son mari Jamel est emprisonné, Noura tombe éperdument amoureuse de Lassad, avec lequel elle envisage un avenir commun. C’est néanmoins sans compter sur la libération inattendue de Jamel, qui contraindra la jeune mère à reprendre la vie conjugale.

« Ce film est la revendication du droit au bonheur de tout être humain. On peut qualifier ma démarche de féministe, mais je suis avant tout cinéaste. De manière générale, la femme est toujours jugée. On accepte plus facilement la relation extraconjugale chez l’homme. Il n’y a pourtant pas de raison », a expliqué Hinde Boujema à l’agence Belga. « Je ne défends pas l’adultère, mais je constate une différence de traitement entre deux êtres humains qui peuvent aimer ailleurs. »

Inspirée d’une histoire vraie, cette fiction d’une heure et demie est une coproduction entre la Belgique, la Tunisie, la France et le Qatar, en partenariat avec la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Déjà un prix

A la veille de la proclamation des résultats de la compétition officielle des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), le film de la réalisatrice belgo-tunisienne a d’ores et déjà obtenu une récompense décernée par un jury parallèle.

Concourant dans la catégorie des longs-métrages de fiction de cette édition 2019 des JCC, « Noura rêve » s’est vu attribuer le prix de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), la principale centrale syndicale de Tunisie. Cette reconnaissance d’une valeur de 5.000 dinars, soit quelque 1.600 euros, a été octroyée à Sawssen Jemni, la première assistante à la réalisation.

« Ce poste est généralement occupé par un homme. Cette fois, toute mon équipe d’assistanat a été exclusivement féminine. Je suis très heureuse de voir Sawssen récompensée car c’est une femme de poigne qui a eu à travailler dans des conditions très difficiles », commente Hinde Boujema.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  2. @News

  3. PHOTONEWS_10852191-011

    Coronavirus: que faire si l’on a des symptômes?

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite