Charles Michel au «Soir»: «Le PS et la N-VA doivent faire preuve de courage et former un gouvernement»

Charles Michel au «Soir»: «Le PS et la N-VA doivent faire preuve de courage et former un gouvernement»
Bruno D’Alimonte

Le gouvernement Michel, c’est définitivement terminé. Celui qui lui a donné son nom a pris possession de son bureau à l’Union européenne, dont il présidera le Conseil. Il nous accorde sa dernière interview après cinq années mouvementées au Seize. Il défend bec et ongles son bilan devant les critiques, reconnaît une communication inadéquate sur l’immigration et défend « sa » Première, Sophie Wilmès.

Pour le Premier ministre sortant, pas de doute : il y a urgence à former un gouvernement fédéral. « Il y a le Brexit devant nous, avec des conséquences potentiellement graves pour la Belgique, il y a la nécessité d’être engagé pour le changement climatique, il y a des dépenses urgentes d’investissement, notamment dans la mobilité, dans l’agenda digital. En Belgique, personne n’a la majorité absolue et on doit composer. Il faut sortir de l’attitude démagogique que certains ont mis en avant avant les élections pour être dans la responsabilité ». Si Charles Michel reconnaît que négocier est difficile, il estime néanmoins que le PS et la N-VA doivent former un gouvernement. « Négocier, c’est difficile. Mais dire « moi j’ai un programme et je ne touche pas à mon programme », c’est facile. Mais ce n’est pas courageux. Ce dont on a besoin, c’est de courage et moi il y a cinq ans, j’ai fait preuve de courage. J’ai évité il y a cinq ans ce qui se produit aujourd’hui parce que j’ai essayé et très vite, j’ai fait l’analyse que la cohérence socio-économique était possible avec quatre partis ».

► Charles Michel dresse le bilan de son gouvernement : un entretien à découvrir dans son intégralité sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM ROYALS PATERNITY TRIAL

    À avoir trop de pères, Delphine Boël n’en a eu aucun

  2. L’anglais est aujourd’hui l’une des... 24 langues officielles de l’UE. Avec, tout aussi officiellement, un seul et unique «
sponsor
», parmi les Vingt-Huit
: le Royaume-Uni. Et pourtant, la sortie du Royaume-Uni n’entraînera pas la disparition automatique de l’anglais de la tour de Babel européenne.

    Union européenne: Exit, la langue anglaise? Not at all! *

  3. L’affiche originale de Magritte et le trophée imaginé par Xavier Lust. © Charly Herscovici c/o sabam et Xavier Lust.

    Magritte, fan de cinéma et photographe pour le plaisir

La chronique
  • Lettre du Brexit: Cela fait bizarre d’écouter un opéra sans voix

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite