L’industrie pharma réfute la pratique de prix indécents

L’industrie pharma réfute la pratique de prix indécents
Dominique Rodenbach

Depuis la rentrée parlementaire, il y a du sang sur les murs de la Commission de la Santé. Les échanges sont vifs à propos de l’article 81, une procédure qui permet de prendre un raccourci afin d’accélérer l’accès du médicament au patient, mais qui rend le prix effectivement payé quasi secret pour tous.

On entend le pire : « De Block passe des deals secrets avec l’industrie pharmaceutique plutôt que de passer des appels d’offres et employer des licences contraignantes », dit Sofie Merckx (PTB). Deux députées SP.A estiment, elles, « qu’il est choquant que ce genre d’accords secrets se multiplient, dont on sait que le coût est souvent élevé pour les caisses de l’Etat ». Elles souhaitent qu’un membre de la Chambre puisse demander à la Cour des comptes d’accéder à l’intégralité des contrats secrets avec le secteur pharma, arguant que « le contribuable a le droit de savoir ce que l’on fait de son argent ». Jean Hermesse, secrétaire général des Mutualités chrétiennes, la plus importante du pays, renchérit : « Aujourd’hui, rien ne nous permet de savoir si le coût de ces médicaments est justifié. »

Un arbitre neutre, le centre d’expertise des soins de santé (KCE), tranche : « À l’avenir, on peut même craindre que cette situation devienne un obstacle à l’introduction de génériques. En effet, tant que le prix réel du médicament original n’est pas connu, il est impossible pour une firme de faire des projections sur un prix compétitif pour un générique de cet original. L’opération est donc très hasardeuse. »

► Des accords secrets, les explications du secteur pharmaceutique, les critères: notre dossier à découvrir sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

  3. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnaient respectivement 1,5 et 1,9
% dès l’ouverture de la séance à Wall Street, face à l’incertitude causée par le coronavirus.

    Coronavirus: les marchés frissonnent à l’idée que la croissance chinoise se grippe

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite