L’industrie pharma réfute la pratique de prix indécents

L’industrie pharma réfute la pratique de prix indécents
Dominique Rodenbach

Depuis la rentrée parlementaire, il y a du sang sur les murs de la Commission de la Santé. Les échanges sont vifs à propos de l’article 81, une procédure qui permet de prendre un raccourci afin d’accélérer l’accès du médicament au patient, mais qui rend le prix effectivement payé quasi secret pour tous.

On entend le pire : « De Block passe des deals secrets avec l’industrie pharmaceutique plutôt que de passer des appels d’offres et employer des licences contraignantes », dit Sofie Merckx (PTB). Deux députées SP.A estiment, elles, « qu’il est choquant que ce genre d’accords secrets se multiplient, dont on sait que le coût est souvent élevé pour les caisses de l’Etat ». Elles souhaitent qu’un membre de la Chambre puisse demander à la Cour des comptes d’accéder à l’intégralité des contrats secrets avec le secteur pharma, arguant que « le contribuable a le droit de savoir ce que l’on fait de son argent ». Jean Hermesse, secrétaire général des Mutualités chrétiennes, la plus importante du pays, renchérit : « Aujourd’hui, rien ne nous permet de savoir si le coût de ces médicaments est justifié. »

Un arbitre neutre, le centre d’expertise des soins de santé (KCE), tranche : « À l’avenir, on peut même craindre que cette situation devienne un obstacle à l’introduction de génériques. En effet, tant que le prix réel du médicament original n’est pas connu, il est impossible pour une firme de faire des projections sur un prix compétitif pour un générique de cet original. L’opération est donc très hasardeuse. »

► Des accords secrets, les explications du secteur pharmaceutique, les critères: notre dossier à découvrir sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite