NBA: les Lakers de LeBron James s’imposent face aux Mavs de Doncic dans un match fou

Le duel stratosphérique entre LeBron James et Luka Doncic, tous deux auteurs d’un triple-double lors de la victoire après prolongation des Los Angeles Lakers à Dallas, 110-119 (mi-temps : 58-49, temps réglementaire 103-103) a illuminé la soirée de vendredi en NBA.

L’affiche entre les ambitieux Mavericks du duo Doncic/Porzingis et les Lakers du duo James/Davis, prétendants au titre, promettait d’être spectaculaire. Elle le fut, avec plusieurs actions superbes des deux côtés, entre « alley-oops », dunks en pénétration, dribbles croisés et tirs lointains.

Un plaisir pour les yeux durant non pas 48 minutes mais 53 puisque les Lakers ont forcé la décision en prolongation grâce au « King » James auteur de 8 points après avoir donné une somptueuse passe décisive à la dernière seconde du temps réglementaire pour le trois points égalisateur de Danny Green.

LeBron a fini avec une ligne statistique impressionnante (39 points, 16 passes, 12 rebonds et 4 interceptions), qui prouve qu’à 34 ans, il est loin de décliner malgré les doutes soulevés la saison passée par sa blessure à l’aine.

Une performance qui éclipse à peine les 31 points, 15 passes et 13 rebonds de Doncic. Un 10e triple-double à 20 ans, soit bien mieux que Magic Johnson et… James, qui n’en avaient réussi « que » sept et cinq, avant leurs 21 ans.

Et pour couronner le tout, c’est la première fois dans l’histoire de la Ligue que deux adversaires parviennent à réussir au moins 30 points et 15 passes à l’intérieur de leurs triples-doubles.

On en oublierait presque qu’Anthony Davis (31 points, 8 rebonds) a aussi contribué à la 4e victoire consécutive des Lakers, qui ont montré qu’ils étaient taillés pour la grande bagarre cette saison à l’Ouest.

Irving efface Harden

Quand James Harden vendange, généralement, les matches de Houston tournent au vinaigre. A Brooklyn, le MVP 2018 a certes fini avec 36 points, mais avec un 10 sur 31 aux tirs, dont 2 sur 16 à trois points. Un gâchis qui a tranché avec l’adresse collective des Nets (19 sur 32 à longue distance), logiquement récompensés par la victoire, 123-116 (61-59).

Kyrie Irving a inscrit plusieurs paniers importants en fin de match (22 points au total), finissant le travail de sape de Taurean Prince (27 points). En face, Russell Westbrook a eu comme d’habitude une grosse activité (27 points, 8 passes, 7 rebonds, 4 interceptions), mais en vain.

Les deux équipes, qui nourrissent de grandes ambitions pour les prochains playoffs, présentent désormais un même bilan de trois victoires et deux défaites.

La journée avait commencé difficilement pour les Warriors avec l’annonce redoutée de l’absence pour trois mois de Stephen Curry, opéré de sa main gauche fracturée mercredi contre Phoenix (110-121).

Face à San Antonio, l’équipe de Steve Kerr a fait illusion durant deux quart-temps, avant de craquer face aux Spurs, 110-127 (55-57). Et, preuve que la poisse continue, Draymond Green s’est légèrement blessé à un ligament d’une main, ce qui le rend incertain pour la réception de Charlotte samedi.

Antetokounmpo s’enroule autour d’un défenseur, avant d’écraser un dunk sur un deuxième. Une action classique à Milwaukee depuis plusieurs saisons. Sauf que lors de la facile victoire des Bucks à Orlando, 91-123 (41-62), ce n’est pas Giannis qui en a été l’auteur, mais son grand frère Thanasis qui en a profité pour marquer ses deux premiers points avec sa nouvelle équipe.

Hilare, Giannis a pu savourer après avoir passé inscrit 29 points (à 10 sur 16 aux tirs), pris 14 rebonds et réussi 6 passes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite