Cinq habitants d’un immeuble à Blankenberge évacués en raison d’un incendie

Photo d’illustration
Photo d’illustration - AFP

Un incendie qui s’est déclaré samedi matin dans un immeuble à appartements de Blankenberge a conduit à l’évacuation de cinq habitants, dont deux enfants. Ils ont été transportés à l’hôpital pour y être examinés, précise le parquet de Flandre occidentale.

Le feu a pris vers 6h30 dans la cave du bâtiment situé à l’angle des rues Conscience et Haelen. Un épais rideau de fumée visible depuis l’extérieur s’est rapidement formé.

Les cinq occupants, dont une mère et deux enfants, ont dû être évacués par la fenêtre.

Trois appartements de l’immeuble sont actuellement inhabitables en raison des fumées.

La cause du sinistre n’est pas encore connue. Le parquet a désigné un expert.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le syndicat socialiste doit décider d’une réaction sur la question, peut-être lors de son bureau fédéral de ce mardi.

    Salaire minimum: des vies calculées au plus juste

  2. L’an prochain, 473,7
millions seront investis dans la mobilité, principalement l’amélioration de l’offre de transports en commun
: 287 dans le métro, 41,5 dans le tram, 37 dans le bus.

    Budget: le gouvernement bruxellois gonfle la dette de la Région pour investir

  3. ©News

    Mazzù limogé: ce n’était pas le Felice time

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite