La Turquie veut renvoyer dans leurs pays les djihadistes capturés en Syrie

La Turquie veut renvoyer dans leurs pays les djihadistes capturés en Syrie
AFP

La Turquie a affirmé samedi qu’elle ne garderait pas «jusqu’à la fin des temps» les prisonniers étrangers du groupe Etat islamique (EI) capturés en Syrie et finirait par les renvoyer dans leurs pays d’origine, notamment européens.

«En ce qui concerne les (djihadistes) étrangers, nous allons les garder sous notre contrôle pendant encore un certain temps. Ensuite, nous les renverrons dans leurs pays», a déclaré à la presse le ministre turc de l’Intérieur Süleyman Soylu. «Nous n’allons pas pouvoir les garder jusqu’à la fin des temps (...) Nous ne sommes pas un hôtel pour les membres de Daech», a-t-il insisté.

Le ministre turc a en outre accusé plusieurs pays européens, comme les Pays-Bas et la Grande-Bretagne, de déchoir certains de leurs ressortissants de leur nationalité pour empêcher la Turquie de les expulser.

«Ils ont trouvé une solution facile (...) Ils disent: ’Je l’ai déchu de sa nationalité, débrouillez-vous’. C’est inacceptable de notre point de vue. C’est totalement irresponsable», a déclaré Soylu.

La Turquie a lancé le mois dernier une offensive dans le nord-est de la Syrie contre une milice kurde qu’elle qualifie de «terroriste» mais qui a été le fer de lance de la lutte contre Daesh avec l’appui des pays occidentaux.

Dans le cadre de cette incursion, stoppée après la signature d’accords avec les Etats-Unis et la Russie, les forces turques ont mis la main sur des membres de Daesh qui avaient été faits prisonniers par les combattants kurdes.

Selon plusieurs pays, comme les Etats-Unis, d’autres prisonniers de l’EI se sont échappés de prison en Syrie en profitant du chaos causé par l’offensive turque. La Turquie appelle régulièrement les pays européens à reprendre leurs ressortissants qui ont intégré les rangs du groupe Etat islamique en Syrie, mais ceux-ci sont peu enclins à les récupérer, notamment pour des raisons sécuritaires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. En tenant plus de 200 meetings dans la région, Salvini avait transformé le scrutin en un référendum sur sa personne dans l’espoir d’exiger des élections anticipées en cas de victoire.

    Élections en Italie: après un échec cuisant, Salvini va devoir revoir sa stratégie

  2. 06749896

    Billie Eilish, 18 ans, présent et avenir de la pop music

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite