«Scandaleux»: après la mort d’un migrant à Calais, la polémique enfle sur les conditions d’accueil

«Scandaleux»: après la mort d’un migrant à Calais, la polémique enfle sur les conditions d’accueil
PhotoNews

La polémique sur les conditions d’accueil des migrants à Calais a enflé samedi après la mort d’un jeune exilé, les associations et la gauche dénonçant une situation « indigne », aggravée par un arrêté municipal pris à l’occasion des festivités culturelles.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un Nigérian de 25 ans est décédé en essayant de faire « un petit feu dans une boîte de conserve pour cuisiner et se réchauffer » dans sa tente, rue des Huttes, où des distributions de repas sont régulièrement assurées, ont annoncé plusieurs associations.

Le jeune homme aurait été intoxiqué par le dégagement de fumées, a précisé la préfecture du Pas-de-Calais.

« Ce décès est vraiment symbolique au moment où la municipalité a voulu écarter les migrants et les bénévoles qui les aident du centre-ville pour des raisons, entre guillemets, d’ordre public », a déclaré samedi à l’AFP François Guennoc, vice-président de l’Auberge des migrants.

« Incitation à la haine »

Jeudi, une vingtaine d’associations et collectifs d’aide aux migrants avaient en effet dénoncé un arrêté municipal pris le 18 octobre par la maire de Calais Natacha Bouchart (LR), ayant pour effet d’interdire, selon elles, les distributions de repas en centre-ville, comme « relevant de l’incitation à la haine ».

Cette décision – justifiée notamment par « les troubles à l’ordre public (…) générés par les attroupements de migrants » – a été prise pour garantir « la bonne organisation » et la « sécurité » des festivités culturelles à Calais : 300.000 personnes sont en effet attendues ce week-end, pour un spectacle urbain de trois jours autour d’un gigantesque dragon.

Dans un communiqué intitulé « L’arrêté de la honte », plusieurs partis politiques de gauche – Europe Ecologie Les Verts, Générations, La France insoumise, le Parti communiste et le Parti socialiste de Calais et du Calaisis – ont dénoncé « un nouvel épisode d’une démarche politique malsaine désormais bien rodée, qui stigmatise et divise au lieu de rassembler et de partager ».

« Totalement choquant »

« Cet arrêté dénie aux migrants leur part d’humanité en les catégorisant comme des parasites qu’il faut cacher, emmurer », ont-ils affirmé.

Teddy Lauby, chef de file PS pour les élections municipales à Calais, a pour sa part jugé le texte « totalement choquant, inhumain et scandaleux ». « Un spectacle grandiose, c’est très bien mais il ne faut pas oublier la dignité humaine. Notre ville, ce n’est pas un parc d’attractions où on sélectionne ceux qui ont le droit d’entrer », a-t-il déclaré à l’AFP.

Sollicitée, la municipalité n’a pas souhaité communiquer sur le sujet.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10844589-050

    France: condamné, Mélenchon dénonce un «procès politique»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  3. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que toutes les voitures belges

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite