«Scandaleux»: après la mort d’un migrant à Calais, la polémique enfle sur les conditions d’accueil

«Scandaleux»: après la mort d’un migrant à Calais, la polémique enfle sur les conditions d’accueil
PhotoNews

La polémique sur les conditions d’accueil des migrants à Calais a enflé samedi après la mort d’un jeune exilé, les associations et la gauche dénonçant une situation « indigne », aggravée par un arrêté municipal pris à l’occasion des festivités culturelles.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un Nigérian de 25 ans est décédé en essayant de faire « un petit feu dans une boîte de conserve pour cuisiner et se réchauffer » dans sa tente, rue des Huttes, où des distributions de repas sont régulièrement assurées, ont annoncé plusieurs associations.

Le jeune homme aurait été intoxiqué par le dégagement de fumées, a précisé la préfecture du Pas-de-Calais.

« Ce décès est vraiment symbolique au moment où la municipalité a voulu écarter les migrants et les bénévoles qui les aident du centre-ville pour des raisons, entre guillemets, d’ordre public », a déclaré samedi à l’AFP François Guennoc, vice-président de l’Auberge des migrants.

« Incitation à la haine »

Jeudi, une vingtaine d’associations et collectifs d’aide aux migrants avaient en effet dénoncé un arrêté municipal pris le 18 octobre par la maire de Calais Natacha Bouchart (LR), ayant pour effet d’interdire, selon elles, les distributions de repas en centre-ville, comme « relevant de l’incitation à la haine ».

Cette décision – justifiée notamment par « les troubles à l’ordre public (…) générés par les attroupements de migrants » – a été prise pour garantir « la bonne organisation » et la « sécurité » des festivités culturelles à Calais : 300.000 personnes sont en effet attendues ce week-end, pour un spectacle urbain de trois jours autour d’un gigantesque dragon.

Dans un communiqué intitulé « L’arrêté de la honte », plusieurs partis politiques de gauche – Europe Ecologie Les Verts, Générations, La France insoumise, le Parti communiste et le Parti socialiste de Calais et du Calaisis – ont dénoncé « un nouvel épisode d’une démarche politique malsaine désormais bien rodée, qui stigmatise et divise au lieu de rassembler et de partager ».

« Totalement choquant »

« Cet arrêté dénie aux migrants leur part d’humanité en les catégorisant comme des parasites qu’il faut cacher, emmurer », ont-ils affirmé.

Teddy Lauby, chef de file PS pour les élections municipales à Calais, a pour sa part jugé le texte « totalement choquant, inhumain et scandaleux ». « Un spectacle grandiose, c’est très bien mais il ne faut pas oublier la dignité humaine. Notre ville, ce n’est pas un parc d’attractions où on sélectionne ceux qui ont le droit d’entrer », a-t-il déclaré à l’AFP.

Sollicitée, la municipalité n’a pas souhaité communiquer sur le sujet.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

  3. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnaient respectivement 1,5 et 1,9
% dès l’ouverture de la séance à Wall Street, face à l’incertitude causée par le coronavirus.

    Coronavirus: les marchés frissonnent à l’idée que la croissance chinoise se grippe

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite