Brexit: l’indépendance de l’Ecosse est «à portée de main», selon la Première ministre

Brexit: l’indépendance de l’Ecosse est «à portée de main», selon la Première ministre
AFP

L’indépendance de l’Ecosse est à « portée de main », a déclaré la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon devant des milliers de manifestants, environ 20.000 selon les estimations, rassemblés à Glasgow samedi pour exiger un nouveau référendum sur ce sujet.

Boris Johnson «abandonne la menace d’un Brexit sans accord», estime le Times

« Les élections législatives que nous avons le 12 décembre sont les élections les plus importantes de notre époque pour l’Ecosse. L’avenir de notre pays est en jeu », a déclaré la cheffe du parti indépendantiste SNP devant les manifestants qui agitaient des drapeaux écossais bleus et blancs.

La perspective d’une Ecosse indépendante « est à portée de main », a-t-elle martelé, appelant les électeurs à se mobiliser en votant pour son parti lors du prochain scrutin.

Nicola Sturgeon veut organiser un référendum sur l’indépendance en 2020, estimant que le Brexit a changé la donne depuis la victoire du « non », à 55 %, à un départ de l’Ecosse du Royaume-Uni lors d’un précédent référendum en 2014.

Ce scrutin « doit se produire l’an prochain et nous nous préparons », a-t-elle déclaré le mois dernier au congrès du SNP, à Aberdeen. Elle compte demander le feu vert du gouvernement britannique d’ici Noël.

Le soutien du Labour ?

Downing Street est opposé à une nouvelle consultation populaire, estimant que les Ecossais ont déjà été consultés il y a cinq ans et qu’il s’agissait d’un « événement unique, organisé une fois par génération ». Toutefois le Brexit est intervenu entre-temps, plaide Nicola Sturgeon.

En 2014, l’un des arguments en faveur du maintien de l’Ecosse dans le Royaume-Uni était qu’en cas de scission, cette nation perdrait les avantages de l’appartenance à l’Union européenne. Et deux ans plus tard, au référendum de juin 2016 sur le Brexit, 62 % des Ecossais se sont opposés au départ du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Les élections législatives approchant, Nicola Sturgeon tente de galvaniser ses troupes.

Le rassemblement pro indépendance de samedi était le premier auquel elle a participé depuis la campagne du référendum de 2014. Elle espère aussi qu’en cas de victoire électorale du Labour, principal parti d’opposition au Royaume-Uni, le nouveau Premier ministre soutienne son projet de second référendum. Mais le chef du Labour, Jeremy Corbyn a douché ses espoirs, en déclarant qu’une nouvelle consultation populaire n’était « ni nécessaire ni souhaitable ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite