La Commission des litiges se penchera mardi sur l’arrêt d’OHL/Union en Proximus League

La Commission des litiges se penchera mardi sur l’arrêt d’OHL/Union en Proximus League
belga

Oud-Heverlee Louvain devra probablement s’expliquer mardi sur la panne de courant qui a contraint à arrêter le choc de D1B contre l’Union Saint-Gilloise vendredi au Den Dreef. La partie a été interrompue à quatre reprises avant l’arrêt définitif. Le score était alors de 0-0. OHL risque une défaite par forfait.

Après une interruption de 30 minutes, l’arbitre Vermeire a mis un terme à la rencontre, comme le stipule le règlement.

Décision attendue à la Commission des litiges

La Commission des litiges devra prendre une décision par rapport à cette partie. Selon la direction louvaniste, une panne de courant dans rue Cardinal Mercier voisine a provoqué la disparition de la lumière dans le stade. La cause exacte sera étudiée plus en détail. Pour un tel dossier, la procédure accélérée n’est en principe pas d’application, mais vu l’incertitude qui règne pour le gain de la première période en D1B, l’Union belge de football (URBSFA) invoque l’urgence. OHL et l’Union ont déjà été invités à comparaître mardi 5 novembre devant la Commission des litiges, a confirmé le porte-parole de l’URBSFA Pierre Cornez. Si les deux clubs sont d’accord sur la date, une décision peut suivre dès la semaine prochaine.

La 13e journée constitue l’avant-dernière de la première période. Elle se poursuit samedi et dimanche. Pour l’instant, OHl est en tête avec 25 points, devant Virton (24), Westerlo et l’Union (22).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite