MotoGP: l’Espagnol Maverick Vinales s’impose en Malaisie

©AFP
©AFP

L’Espagnol Maverick Vinales (Yamaha), 24 ans, tombé dans le dernier tour la semaine dernière à Phillip Island, en Australie, alors qu’il bataillait pour la victoire avec Marc Marquez (Honda), a pris sa revanche en gagnant devant son compatriote le GP de Malaisie catégorie MotoGP dimanche. Il a ainsi remporté son deuxième Grand Prix de la saison après Assen, en juin aux Pays-Bas, le septième de sa carrière en MotoGP.

Deuxième sur la grille sur le circuit international de Sepang, Vinales, auteur d’une superbe course, a pris le contrôle des opérations dès le premier virage, pour remporter en solitaire avec 3,059 secondes d’avance la dix-huitième et avant-dernière manche du championnat.

L’Italien Andrea Dovizioso (Ducati) complète le podium. Lui et Marquez, 10e et 11e sur la grille, ont réalisé un très bon premier tour pour effacer leurs positions de départ. Le Catalan n’a pas semblé gêné par ses contusions aux genoux, aux coudes et aux épaules suite à sa grosse chute en qualifications samedi.

Le Français Fabio Quartararo (Yamaha-SRT), qui a pris un mauvais envol en pole position, n’est que septième. L’Italien Valentino Rossi (Yamaha), quatrième, et l’Espagnol Alex Rins (Suzuki), cinquième, échouent à quelques secondes de la troisième place.

Marquez compte désormais 17 podiums en 2019. Jamais un pilote n’était autant monté sur la boîte en une saison. Avec 395 points avant l’ultime épreuve à Valence (Espagne) le 17 novembre, le champion du monde bat aussi le précédent record de 383 unités inscrites par l’Espagnol Jorge Lorenzo en 2010.

Au Championnat du monde, si Marquez et Dovizioso sont assurés des deux premières places, la lutte pour la troisième est encore ouverte. C’est désormais Vinales, l’homme en forme du moment, qui l’occupe avec 7 points d’avance sur Rins. Il en reste au maximum 25 à prendre pour le vainqueur à Valence.

Les pilotes ont dédié leurs performances à l’Indonésien Afridza Munandar, décédé des suites d’un accident samedi lors d’une course de l’Asia Talent Cup sur le même circuit de Sepang.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10852761-034

    Par Thierry Wilmotte

    Rallye

    Ott Tanak, 2e au rallye de Suède: «J’étais dans le cirage après le Monte-Carlo!»

  • Week-end difficile pour Thierry Neuville, en Suède. @News

    Par DOMINIQUE DRICOT

    Rallye

    WRC: Thierry Neuville a du souci à se faire

  • Pas avantagé par sa position.

    Par Dominique Dricot

    Rallye

    Rallye de Suède: Thierry Neuville tente de limiter les dégâts

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. d-20180119-3K4JUR 2020-01-14 13:15:56

    Pensions: statu quo sur la Grapa?

  3. belgaimage-161310454-full

    Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • L’imagination ne suffira pas pour reconstruire l’école francophone

    Note méthodologique concernant les bâtiments scolaires… Ces 22 pages, validées fin de semaine dernière par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, disent les doutes d’un quintet de ministres face aux toitures qui prennent l’eau, aux murs bourrés d’amiante, aux équipements techniques obsolètes et aux factures énergétiques générées par des infrastructures datant d’une époque où le gasoil de chauffage valait moins de 10 centimes d’euros. Les doutes d’une équipe ministérielle devant un parc immobilier indigne d’une école...

    Lire la suite