Gault&Millau sacre Bert Meewis, du restaurant Slagmolen (carte interactive)

Dans cet article
Bert Meewis, du restaurant Slagmolen, à Oudsbergen (Limbourg).
Bert Meewis, du restaurant Slagmolen, à Oudsbergen (Limbourg). - Belga

L’édition 2020 du Gault&Millau, leader belgo-luxembourgeois dans son domaine avec 90.000 exemplaires en prévente, a livré son palmarès. Pas d’étoiles pour le guide jaune concurrent du rouge, mais des notes et des récompenses allant du chef de l’année au sommelier de l’année, en passant par les jeunes chefs de l’année (dans chacune des trois régions). Sans oublier l’italien de l’année, l’asiatique, la terrasse, la brasserie, le gastro-bistro, le restaurant au plus beau design... Au total, une vingtaine de lauréats ont été primés, tandis que le guide compte pas moins de 130 nouvelles adresses.

Le plus important de tous les prix, ou du moins, le plus attendu, est celui de chef de l’année. Après avoir désigné un Bruxellois l’an dernier (David Martin, La Paix) et un Wallon il y a deux ans (Eric Fernez, d’Eugénie à Emilie), le Gault&Millau sacre cette fois un Flamand: Bert Meewis, du restaurant Slagmolen, à Oudsbergen (Limbourg).

«C’est un heureux hasard qu’il y ait cette alternance, nous n’avons pas choisi le chef de l’année en fonction de son appartenance linguistique», assure le directeur du guide, Marc Declerck. «Cela montre surtout qu’il y a de bonnes adresses partout en Belgique.»

► Avec pas moins de 130 nouvelles adresses, il y en a pour tous les goûts. Mais la plupart des récompenses valorisent le retour au produit. Analyse à lire sur Le Soir+.

La carte des meilleurs restaurants du Gault&Millau

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  2. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

  3. Le Dow Jones et le Nasdaq abandonnaient respectivement 1,5 et 1,9
% dès l’ouverture de la séance à Wall Street, face à l’incertitude causée par le coronavirus.

    Coronavirus: les marchés frissonnent à l’idée que la croissance chinoise se grippe

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite