Gault&Millau sacre Bert Meewis, du restaurant Slagmolen (carte interactive)

Dans cet article
Bert Meewis, du restaurant Slagmolen, à Oudsbergen (Limbourg).
Bert Meewis, du restaurant Slagmolen, à Oudsbergen (Limbourg). - Belga

L’édition 2020 du Gault&Millau, leader belgo-luxembourgeois dans son domaine avec 90.000 exemplaires en prévente, a livré son palmarès. Pas d’étoiles pour le guide jaune concurrent du rouge, mais des notes et des récompenses allant du chef de l’année au sommelier de l’année, en passant par les jeunes chefs de l’année (dans chacune des trois régions). Sans oublier l’italien de l’année, l’asiatique, la terrasse, la brasserie, le gastro-bistro, le restaurant au plus beau design... Au total, une vingtaine de lauréats ont été primés, tandis que le guide compte pas moins de 130 nouvelles adresses.

Le plus important de tous les prix, ou du moins, le plus attendu, est celui de chef de l’année. Après avoir désigné un Bruxellois l’an dernier (David Martin, La Paix) et un Wallon il y a deux ans (Eric Fernez, d’Eugénie à Emilie), le Gault&Millau sacre cette fois un Flamand: Bert Meewis, du restaurant Slagmolen, à Oudsbergen (Limbourg).

«C’est un heureux hasard qu’il y ait cette alternance, nous n’avons pas choisi le chef de l’année en fonction de son appartenance linguistique», assure le directeur du guide, Marc Declerck. «Cela montre surtout qu’il y a de bonnes adresses partout en Belgique.»

► Avec pas moins de 130 nouvelles adresses, il y en a pour tous les goûts. Mais la plupart des récompenses valorisent le retour au produit. Analyse à lire sur Le Soir+.

La carte des meilleurs restaurants du Gault&Millau

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite