Accueil Belgique Politique

Toujours quatre scénarios au fédéral, aussi compliqués les uns que les autres

Les préformateurs Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA) ont demandé à être déchargés de leur mission. Et maintenant ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

Ce lundi, les préformateurs, Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA) ont souhaité être déchargés de leur mission. Le Palais suspend sa décision à leur égard et a entamé des consultations. Avec Paul Magnette et Bart De Wever, qu’il a reçu en fin d’après-midi au Palais. La situation est complexe, et tout le monde le souligne. Mais, à y regarder de près, il n’y a pas trente-six solutions. Il y a en a quatre. Le problème, on le lira, c’est qu’aucune n’est satisfaisante. On dira même plus : aucune n’est… possible. En tout cas, dans l’état actuel des choses et de l’état d’esprit au nord comme au sud du pays. Un gouvernement sans la N-VA ? La Flandre vous tombe dessus. Un gouvernement avec la N-VA ? Demandez aux socialistes et aux écologistes.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Lambert Guy, lundi 4 novembre 2019, 20:53

    Je suis choqué par d'une part la condescendance destructrice de certains partis politiques que reprochent aux autres de ne pas se montrer "courageux" mais qui ont le culot de refuser de participer à un gouvernement arc-en-ciel fédéral. Leurs courage à eux est exclusivement "courage fuyons et renvoyons la patate chaude aux autres". D'autre part, à quoi jouent les médias dont Le Soir qui, très clairement, mettent la pression sur le PS et la NVA mais laissent croire très aisément que la solution arc-en-ciel n'est pas faisable au point comme Mr coppi, de relayer de spropos dont on ne sait de qui ils viennent "le but serait de proposer la solution arc-en-ciel mais tout en revenant très vite à la solution NVA/PS" Qui oblige Mr Coppi a se montrer aussi tendancieux en reprenant ces propos? Et quand ce même Mr Coppi utilise dans son article des arguments comme le "président candidat du SPA (excusez-moi mais quel crédit donner à ce genre de considération) préférerait l'opposition", on se dit que Mr Coppi a choisi le type de gouvernement qu'il souhaite. Relisez les articles et vous constaterez que les exemples fleurissent le parti pris. Ou comment refuser, l'air de rien, les solutions qu'on ne veut pas.

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 4 novembre 2019, 17:29

    "personne ne se soustraira aux leçons d’un scrutin-vérité, la démocratie aura parlé." Oui, enfin, en Belgique, la démocratie on lui faire dire ce qu'on a bien envie de lui faire dire: on a voté le 26 mai, la démocratie a parlé et elle a dit que les extrêmes populistes des 2 bords prennent de en plus de place, comme c'est le cas partout en Europe. Mais c'est pas grave! Comme la démocratie n'a pas dit ce qu'on espérait qu'elle dise, alors on va revoter. En espérant quoi, au juste? Que le citoyen vote "correctement" cette fois-ci? Et c'est quoi voter "correctement", d'ailleurs? Est-ce à dire que le citoyen vote n'importe comment? Qu'il est idiot et irresponsable? Car appeler de ses voeux un nouveau scrutin, c'est bien dire cela. C'est indigne d'une démocratie qui se respecte. Le résultat sera que les extrêmes vont encore se radicaliser, surtout en Flandre, avec le Belang, mais aussi en Francophonie avec le PTB, qui est aussi toxique pour la démocratie que le Belang, n'en déplaise à certains. On joue avec le feu. Et comment que je ne peux pas m'empêché de penser que tout cela est bel et bien délibérer. Que c'est bel et bien cela que l'on veut: la fin de la Belgique! Et quand je dis "on", je ne parle pas de la NVA ni du Belang qui eux ne s'en cachent pas.

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 4 novembre 2019, 17:15

    "... tout ce qu’elle (la NVA) cherche à faire, c’est à démontrer que le PS est le responsable d’un échec de la discussion..." Et l'inverse est vrai aussi. Le PS, crypto-confédéraliste, entend bien mettre sur le dos de la NVA la fin de la Belgique (le Confédéralisme, C'EST la fin de la Belgique) qui l'arrange bien. La NVA a le mérite (le seul à vrai dire) de dire ce qu'elle pense et faire ce qu'elle dit.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs