Les boulettes sauce tomate et le Waterzooï dans le canon flamand

Zuhal Demir (N-VA) et ses boulettes nationalistes.
Zuhal Demir (N-VA) et ses boulettes nationalistes. - HLN

L’annonce de la création d’un «canon flamand», sorte de référentiel de ce qui fait la Flandre d’hier et d’aujourd’hui, a beaucoup fait parler cet été. Depuis la mise en place du gouvernement Jambon Ier, on se demandait un peu à quelle sauce allait être mangée la proposition de Bart De Wever, tant les historiens l’avaient décriée. La ministre du Tourisme, Zuhal Demir (N-VA), a apporté une amorce de réponse ce week-end en proposant que les boulettes sauce tomate soient intégrées au « canon ». « C’est vraiment un plat typique de Flandre qui a sa place dans le canon », a-t-elle déclaré devant la presse, tout en touillant dans une grosse casserole.

L’image n’a pas plu à Mathias De Clercq (Open VLD). Le bourgmestre de Gand a tenu à dénoncer « la récupération identitaire des nationalistes jusque dans les marmites ». Pas de quoi décontenancer Zuhal Demir dont la réplique n’a pas tardé : « Soyez tranquille Mathias. Il y a aussi de la place dans le canon pour le Waterzooï gantois hautain façon népotisme (référence au fait que De Clerq est le petit-fils de l’ancien ministre Willy De Clercq, NDLR). »

Et dire qu’on ne parle encore que de cuisine…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite