Paul Magnette sur la formation fédérale: «La N-VA revient avec des demandes institutionnelles, elle n’est pas incontournable»

Le Roi a reçu cet après-midi Paul Magnette (PS), après que Rudy Demotte et Geert Bourgeois aient exprimé leur souhait de quitter leur poste de préformateurs.

Le président du PS, Paul Magnette, a constaté lundi l’« impasse » dans laquelle se trouvent les discussions en vue de former un nouveau gouvernement fédéral. Il a mis en exergue les revendications institutionnelles qu’ont, dit-il, formulées les nationalistes flamands, particulièrement dans le domaine de la sécurité sociale.

« Si la N-VA revient avec des demandes de scission de pans entiers de la sécurité sociale -des soins de santé, des allocations de chômage, etc.-, nous n’allons évidemment pas discuter de ces questions-là. On a toujours dit très clairement : on ne va pas discuter d’une remise en cause de la sécurité sociale. Il ne faut pas compter sur le PS pour ça », a déclaré M. Magnette, interrogé par RTL-TVi.

Le président du parti socialiste francophone a rappelé que la N-VA n’était pas « incontournable ».

« Il y a d’autres formules de majorité qui sont possibles. Il faut voir si les autres partis sont prêts à s’engager dans une autre voie », a-t-il ajouté.

Ce mardi, le Roi recevra Sophie Wilmès pour le MR, Gwendolyn Rutten, présidente de l’Open VLD et John Crombez, président du SP.A.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite