Paul Magnette sur la formation fédérale: «Nous n’allons pas discuter avec la N-VA»

Paul Magnette sur la formation fédérale: «Nous n’allons pas discuter avec la N-VA»
Photo News

Le Roi a reçu cet après-midi Paul Magnette (PS), après que Rudy Demotte et Geert Bourgeois aient exprimé leur souhait de quitter leur poste de préformateurs.

Une marge de négociation avec la NVA ? Pour Paul Magnette, cela n’a jamais été possible : « le Roi a demandé que les préformateurs prennent contact avec tous les partis. Bien sûr, nous répondons aux invitations. (…) On a constaté que la N-VA ne veut pas parler de social et revient avec l’institutionnel, ils veulent scinder toutes les fonctions fédérales. Nous n’allons pas discuter avec la N-VA sur ces sujets. »

Le président du parti socialiste francophone a rappelé que la N-VA n’était pas «incontournable».

« Il y a d’autres formules possibles, la N-VA n’est pas incontournable, on reste du côté des solutions, de la construction, avec d’autres coalitions. Certains partis ont à cœur la justice sociale et l’avenir climatique. Si la N-VA pense que l’institutionnel est la priorité, qu’ils essayent de former majorité.

Le roi a consulté, je ne veux pas dramatiser. La situation est compliquée, l’héritage du gouvernement Michel est difficile, 14 milliards de dette, mais nous devons prendre nos responsabilités. Le roi a la situation en main. »

Ce mardi, le Roi recevra Sophie Wilmès pour le MR, Gwendolyn Rutten, présidente de l’Open VLD et John Crombez, président du SP.A.

M. Magnette n’envisage pas des élections anticipées si le blocage devait persister. «Nous ne ferons rien pour aller aux élections», a-t-il assuré.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. En tenant plus de 200 meetings dans la région, Salvini avait transformé le scrutin en un référendum sur sa personne dans l’espoir d’exiger des élections anticipées en cas de victoire.

    Élections en Italie: après un échec cuisant, Salvini va devoir revoir sa stratégie

  2. 06749896

    Billie Eilish, 18 ans, présent et avenir de la pop music

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite