Le chômage est en baisse depuis 5 ans à Bruxelles

Le chômage est en baisse depuis 5 ans à Bruxelles
PhotoNews

Fin octobre, la Région de Bruxelles-Capitale comptait 88.977 chercheurs d’emploi, soit un taux de chômage de 15,8 %. Il s’agit du taux le plus bas pour la Région pour un mois d’octobre depuis 1992, souligne mardi Actiris. Cette 60e baisse successive correspond à une diminution de 2.237 personnes par rapport à 2018 (-2,5 %). Par rapport à il y a cinq ans, la baisse est de 20,7 %, soit 23.279 personnes.

On compte au cours du mois d’octobre 11.602 entrées dans le chômage (8.424 réinscriptions et 3.178 nouvelles inscriptions) contre 11.931 sorties, soit une diminution sur une base mensuelle du nombre de DEI de 329 personnes (-0,4 %). On dénombre 56.298 chercheurs d’emploi demandeurs d’allocations (DEDA), 5.912 jeunes en stage d’insertion professionnelle et 26.767 autres chercheurs d’emploi inscrits librement ou obligatoirement.

Sur base annuelle, on observe une diminution du nombre de chômeurs de moins de 25 ans (-2,5 % ou 248 personnes), cependant, le taux de chômage est lui en hausse de 0,6 % par rapport à l’an dernier.

En Flandre, le chômage a baissé, sur base annuelle, de 4,2 % en octobre. On y dénombrait 183.999 chercheurs d’emploi, soit le nombre le plus bas depuis octobre 2008. Le taux de chômage était le mois dernier de 5,9 %, contre 6,3 % un an plus tôt.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite