Le romancier Sylvain Prudhomme remporte le Femina avec «Par les routes»

Le romancier Sylvain Prudhomme remporte le Femina avec «Par les routes»
AFP

Le romancier Sylvain Prudhomme a reçu mardi le prix Femina pour « Par les routes » (Gallimard), un roman aux accents mélancoliques sur l’art de l’abandon. Le Femina étranger a été décerné à l’Espagnol Manuel Vilas pour « Ordesa » (Éditions du Sous-Sol) et le Femina de l’essai à Emmanuelle Lambert pour « Giono furioso » (Stock)

« Par les routes » met en scène un homme d’une quarantaine d’années jamais autrement nommé que « l’auto-stoppeur ». En couple avec une traductrice nommée Marie, père d’un petit garçon, l’auto-stoppeur ne peut s’empêcher de partir régulièrement, pouce levé, au hasard sur les routes de France. L’histoire est racontée par Sacha, un ancien ami de l’auto-stoppeur. Écrivain, Sacha est venu s’installer dans une petite ville du sud-est sans savoir qu’il y retrouverait l’ancien compagnon de jeunesse avec qui, vingt ans auparavant, il avait sillonné la France en auto-stop.

L’un s’est assagi, l’autre, doux et aimant, a toujours pourtant ce besoin paradoxal de bouger, d’aller voir d’autres ailleurs, même si, le plus souvent, ce sont des aires d’autoroutes. « C’était comme s’il avait toujours besoin que sa trajectoire en frôle d’autres », écrit joliment Sylvain Prudhomme en parlant de son auto-stoppeur. Au fil des absences de plus en plus longues et fréquentes de l’auto-stoppeur, Sacha se rapproche de Marie et de leur fils.

Sur le même sujet
Littérature
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. © Mathieu Golinvaux.

    Arno à l’AB: un résumé parfait de ses 50 ans de carrière

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite